[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: le G7 uni pour soutenir l'Ukraine «jusqu'à la victoire»

Au 79e jour de l'invasion russe en Ukraine, ce vendredi 13 mai, suivez en direct les dernières informations sur le conflit. Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont affiché leur soutien à l'Ukraine, tandis que l'UE a annoncé 500 millions d'euros d'aide militaire supplémentaire à Kiev.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil.

Les points essentiels :

► Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G7 se réunissent ce vendredi en Allemagne. La Grande-Bretagne a demandé à ce que « plus d'armes » soient livrées à l'Ukraine face à la Russie contre laquelle elle exige de nouvelles sanctions, la France assurant à Kiev le soutien du G7 « jusqu'à la victoire ».

► Le premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine débutera le 18 mai à Kiev, un jeune soldat russe se trouvant sur le banc des accusés, suspecté d'avoir tué un homme de 62 ans.

► L'Union européenne va fournir une aide militaire supplémentaire de 500 millions d'euros à l'Ukraine pour l'aider à se défendre contre l'invasion russe, a déclaré vendredi le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell.

► Moscou a réagi aux velléités finlandaises d'adhérer à l'Otan. Le Kremlin a fait savoir qu'une telle adhésion constituerait une menace pour la Russie, et qu'elle y ferait face. Cela constituerait le doublement des frontières entre l'Alliance atlantique et la Russie.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU), cliquez ici pour rafraîchir

13h46 : La détention de la basketteuse américaine Brittney Griner en Russie prolongée jusqu'au 18 juin

Un tribunal russe a décidé de prolonger jusqu'au 18 juin la détention de la star du basket américain Brittney Griner, interpellée en février à l'aéroport de Moscou et soupçonnée d'avoir transporté des stupéfiants, a rapporté l'agence de presse officielle TASS.

Le tribunal de Khimki, dans la banlieue de Moscou, « a satisfait la requête des enquêteurs et a prolongé la détention de la citoyenne américaine Griner jusqu'au 18 juin », a indiqué le service de presse de cette instance judiciaire, cité par l'agence.

Brittney Griner, joueuse du club des Phoenix Mercury, deux fois médaillée d'or aux Jeux olympiques et championne de la WNBA, a été interpellée en Russie après la découverte en février dans ses bagages à main « de vapoteuses » et d'« un liquide présentant une odeur particulière » d'huile de cannabis, selon le service fédéral des douanes russe. Sa détention provisoire a initialement été ordonnée jusqu'au 19 mai.

Après l'arrestation de la basketteuse, qui est intervenue sur fond de tensions internationales liées à l'entrée de l'armée russe en Ukraine, la Fédération américaine USA Basketball avait dit son « inquiétude » au sujet de « la sécurité » et du « bien-être » de la joueuse, qui risque 5 à 10 ans de prison.

12h55 : La suspension de l'agence russe Tass confirmée par l'Alliance européenne des agences de presse

La suspension de l'agence de presse russe Tass de l'Alliance européenne des agences de presse (EANA) a été confirmée vendredi par son assemblée générale, en raison du non-respect des plus importants « principes » de l'association. Réunie à Sarajevo, l'assemblée générale de l'EANA a décidé « par une grande majorité, de confirmer la suspension de l'agence russe Tass de l'EANA », a déclaré le président de l'alliance, Clemens Pig, au cours d'une conférence de presse.

Le conseil d'administration de l'EANA, qui est composé de cinq membres dont le PDG de l'AFP, Fabrice Fries, avait décidé le 27 février de suspendre « immédiatement » l'agence russe des rangs de l'alliance, en attendant une décision de l'assemblée générale. Cette décision avait été prise trois jours après le début de l'invasion russe de l'Ukraine en raison de « la nouvelle réglementation appliquée par le gouvernement russe qui restreint fortement la liberté des médias ».

12h40 : le premier procès pour crime de guerre débutera le 18 mai à Kiev

Le premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine débutera le 18 mai à Kiev, un jeune soldat russe se trouvant sur le banc des accusés, suspecté d'avoir tué un homme de 62 ans. L'accusé, Vadim Chichimarine, 21 ans, est arrivé menotté, le crâne rasé, au petit tribunal de district Solomiansky de Kiev dans un survêtement gris pour l'audience préliminaire vendredi, selon des images diffusées par la télévision ukrainienne. La date du procès a été fixée « au 18 mai », au même tribunal, a précisé à l'AFP le bureau du parquet. M. Chichimarine est accusé d'avoir tiré avec une kalachnikov par la fenêtre à bord d'une voiture dans laquelle il circulait, abattant un civil de 62 ans qui n'était pas armé.

Selon le parquet ukrainien, le soldat russe se déplaçait avec quatre autres militaires après l'attaque de leur convoi le 28 février et ils ont volé une voiture près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est). La victime - qui n'a pas été identifiée- circulait à bicyclette sur le bord de la route non loin de son domicile, a ajouté le parquet. L'avocat de M. Chichimarine a déclaré que son client avait avoué le meurtre d'un homme de 62 ans, sans préciser s'il plaiderait coupable ou pas. Celui-ci risque un emprisonnement à vie s'il est reconnu coupable de crime de guerre et de meurtre avec préméditation.

Dans une vidéo publiée début mai par les services secrets ukrainiens (SBU), Vadim Chichimarine disait être venu combattre en Ukraine pour « soutenir financièrement sa mère ». Concernant les accusations à son encontre, il expliquait : « J'ai reçu l'ordre de tirer, je lui ai tiré dessus une fois. Il est tombé et nous avons continué notre route ». Le parquet ukrainien avait rendu publique mercredi une photo de l'accusé, sans indiquer les circonstances ayant conduit à son arrestation.

12h30 : La Russie déconseille aux Russes d'aller au Royaume-Uni

La Russie a recommandé vendredi aux Russes de ne pas se rendre au Royaume-Uni et annoncé durcir les conditions d'obtention d'un visa russe pour les Britanniques, présentant ces mesures comme une réponse aux actions « inamicales » de Londres. « Du fait de l'évolution extrêmement inamicale du Royaume-Uni à l'égard de notre pays (...) nous recommandons aux citoyens russes d'éviter de se rendre en Grande Bretagne », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, dans un communiqué dénonçant les difficultés faites aux Russes pour obtenir un visa britannique.

11h50 : Recours au TAS de clubs russes mis au ban par l'UEFA

Quatre clubs russes de foot annoncent avoir déposé un recours auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) contre leur mise au ban des compétitions européennes en 2022-2023, décidée par l'UEFA à cause du conflit en Ukraine. « Notre club, ainsi que trois autres clubs de la Première ligue russe -Zenit Saint-Pétersbourg, Dynamo Moscou et Sotchi- ont fait appel devant le Tribunal arbitral du sport à Lausanne de la décision de l'UEFA prise le 2 mai 2022 de bannir les clubs russes des compétitions européennes », a indiqué le CSKA Moscou dans un communiqué. « Tous les clubs ont demandé que leur plainte soit examinée en urgence », précise le communiqué. Le CSKA Moscou « aspire à participer aux compétitions européennes », ajoute-t-il.

Début mai, l'UEFA a annoncé qu'« aucun club russe » ne participerait à la saison 2022-2023 des compétitions interclubs européennes, à savoir la Ligue des champions, la Ligue Europa ou encore la Ligue Europa Conférence. Cette mesure forte est venue renforcer la mise à l'écart du football russe, déjà exclu fin février par la Fifa du Mondial-2022 au Qatar. La décision adoptée par l'UEFA a privé le Zenit Saint-Pétersbourg, sacré champion de Russie 2022, de son billet direct pour la phase de poules de la prochaine C1.

11h40 : La Russie a une « responsabilité » dans l'approvisionnement alimentaire mondial, dit Scholz à Poutine

Olaf Scholz a « rappelé » vendredi à Vladimir Poutine lors d'un entretien téléphonique la « responsabilité particulière » de la Russie dans l'approvisionnement alimentaire mondial, « particulièrement sous tension en raison de la guerre » en Ukraine, selon un communiqué de la chancellerie allemande. Le chef du gouvernement allemand a également « insisté » lors de l'entretien de 75 minutes dans la matinée sur la nécessité d'un cessez-le-feu « le plus rapidement possible » tout en « réfutant clairement l'accusation que le nazisme soit très répandu en Ukraine », ajoute le communiqué.

11h30 : L'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan serait « une erreur », selon Erdogan

L'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan serait une « erreur » comme celle que fut l'adhésion de la Grèce au Traité de l'Alliance atlantique, a jugé vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan. Le chef de l'État a expliqué devant la presse qu'il ne « veut pas voir se répéter la même erreur que celle commise lors de l'adhésion de la Grèce », accusant Stochkholm et Helsinki « d'héberger des terroristes du PKK », le Parti des Travailleurs du Kurdistan. « Nous n'avons pas un avis positif », a-t-insisté.

11h30 : Londres vise des proches de Poutine dans une nouvelle vague de sanctions

Le Royaume-Uni a visé ce vendredi des proches du président russe Vladimir Poutine accusés par Londres de financer son train de vie « somptueux », dans une nouvelle vague de sanctions en représailles à l'invasion de l'Ukraine. Parmi les 12 personnes, proches et financiers, visées par ces sanctions figurent son ex-épouse Lyudmila Ocheretnaya et Alina Kabaeva, une ancienne gymnaste olympique qui « selon les rumeurs serait l'actuelle compagne de Poutine », d'après un communiqué. Des médias prêtent au président russe une relation avec Alina Kabaeva depuis des années, ce qu'avait démenti Vladimir Poutine en 2008.

11h15 : Les Ukrainiens continuent de repousser une avancée russe sur la rivière Siverskyi Donets

10h55 : La Transnistrie ne constitue pas une menace sérieuse pour l'Ukraine, dit Zelensky

« Jusqu'à 3 000 soldats sur 15 000 savent comment se battre en Transnistrie sous contrôle russe », a déclaré le président Volodymyr Zelensky à la chaîne de télévision italienne Rai 1 ce 13 mai.

10h45 : L'Ukraine demande au G7 de confisquer des avoirs russes pour la reconstruction

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba affirme avoir demandé aux pays industrialisés du G7 de confisquer des avoirs russes qui serviront à la reconstruction de son pays, lors d'une réunion de ses homologues en Allemagne. « Aujourd'hui, j'ai demandé aux États du G7 d'adopter des législations et de mettre en place toutes les procédures nécessaires afin de saisir des avoir russes et les donner à l'Ukraine pour la reconstruction du pays », a déclaré le ministre invité à une réunion des chefs de la diplomatie du G7 à Wangels, dans le nord de l'Allemagne.

10h05 : Nike met fin à son contrat de sponsoring avec le Spartak Moscou

Nike a mis fin à son contrat de sponsoring avec le Spartak Moscou, club de Premier League russe, car il ne participera pas aux compétitions européennes la saison prochaine, ont déclaré l'entreprise et le club. L'UEFA, l'instance dirigeante du football européen, a décidé qu'aucune équipe russe ne participerait à ses compétitions durant de la saison 2022-23, en raison de la campagne militaire menée par Moscou en Ukraine. Le Spartak, qui était sponsorisé par Nike depuis 2005, a déclaré jeudi qu'il cherchait un nouvel équipementier après l'annonce de Nike.

► À lire aussi : Foot: la Russie va contester sa suspension par la Fifa et l’Uefa devant le TAS

Dans une déclaration envoyée par courriel à Reuters vendredi, Nike a déclaré avoir informé le Spartak de sa décision de mettre fin au contrat de sponsoring « étant donné la décision de l'UEFA de suspendre tous les clubs russes de (ses) compétitions ». Les huitièmes de finale de l'Europa League entre le Spartak et le RB Leipzig ont été annulés en février après que l'UEFA a suspendu tous les clubs russes de ses compétitions.

► À lire aussi : Les premières sanctions de la Fifa ne font pas l'unanimité

09h40 : Une adhésion de la Suède à l'Otan réduirait le risque de conflit en Europe du Nord

Selon un rapport officiel préparé par le gouvernement et les partis au Parlement en amont de la décision du pays scandinave dans les prochains jours, « une adhésion de la Suède à l'Otan relèverait le seuil (de déclenchement) de conflits militaires et aurait ainsi un effet dissuasif en Europe du Nord ». « Notre opinion est que nous ne subirions pas d'attaque militaire conventionnelle en réaction à une éventuelle candidature à l'Otan », a affirmé la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, lors d'une conférence de presse.

09h25 : L'UE va fournir une nouvelle aide militaire de 500 millions d'euros à l'Ukraine

L'Union européenne va fournir une aide militaire supplémentaire de 500 millions d'euros à l'Ukraine pour l'aider à se défendre contre l'invasion russe, a déclaré vendredi le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell. Le financement de l'UE pour soutenir l'effort militaire ukrainien « sera ainsi porté à 2 milliards d'euros au total » depuis le début de la guerre le 24 février, a-t-il ajouté lors d'une déclaration à Wangels, dans le nord de l'Allemagne, où sont réunis jusqu'à samedi les chefs de la diplomatie du G7.

09h10 : Lavrov accuse l'UE d'être devenue « agressive et belliqueuse »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a accusé vendredi l'Union européenne de s'être transformée en acteur « agressif et belliqueux » dans le sillon de l'Otan avec le conflit en Ukraine. « L'UE est passée d'une plate-forme économique constructive, telle qu'elle a été créée, à un acteur agressif et belliqueux qui affiche déjà ses ambitions bien au-delà du continent européen », a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse depuis Douchanbé, au Tadjikistan. À ce titre, il a jugé que « le désir de Kiev de devenir membre de l'Union européenne n'est pas anodin ».

Plus largement, il a accusé les Européens de se précipiter « exactement sur la voie que l'Otan a déjà tracée, confirmant ainsi la tendance à la fusion avec l'Alliance nord-atlantique et serviront, en fait, d'appendice » à l'Otan, a ajouté M. Lavrov dans le parc d'une résidence officielle, interrompu par les cris de paons. Il a dénoncé au passage des propos de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui s'est rendue en Inde fin avril pour une visite destinée à renforcer les liens stratégiques avec ce pays qui affiche sa neutralité face au conflit.

« L'issue de la guerre (en Ukraine) ne déterminera pas seulement l'avenir de l'Europe, mais elle affectera profondément aussi la région Indo-Pacifique », avait-elle déclaré. Moscou considère l'Alliance atlantique, son vieil ennemi de la Guerre froide, comme une menace existentielle et a notamment justifié son offensive en Ukraine par les ambitions atlantistes de Kiev et le soutien politique et militaire occidental à ce voisin de la Russie. La Russie multiplie également les coups de canif contre l'Union européenne, qui a imposé une volée de sanctions sans précédent à Moscou et affiche son soutien à l'Ukraine.

►À lire aussi : À la Une: la Finlande dans l’antichambre de l’Otan, une menace pour la Russie

08h55 : Le vol de céréales ukrainiennes par les Russes est « répugnant », accuse l'Allemagne

Le ministre allemand de l'Agriculture qualifie de « répugnant » les vols de céréales dont sont accusées les troupes russes en Ukraine, en marge d'une réunion du G7 cherchant à aider Kiev à exporter sa production. « La Russie vole et confisque les biens et les céréales dans l'Est de l'Ukraine », a déclaré Cem Özdemir aux côtés de son homologue ukrainien, estimant que « c'est une manière particulièrement répugnante de mener la guerre ».

►À écouter aussi : Céréales d'Ukraine, le défi logistique des exportations

08h10 : Estimations indicatives des pertes au combat de la Russie au 13 mai, selon les Forces armées ukrainiennes

07h20 : « Très forte unité » du G7 pour soutenir l'Ukraine « jusqu'à la victoire »

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a salué vendredi la « très forte unité » des pays du G7 pour soutenir le combat de l'Ukraine face à la Russie « jusqu'à la victoire ».

Les chefs de la diplomatie du G7, réunis en Allemagne jusqu'à samedi à Wangels sur les bords de la Baltique, ont invité leurs homologues ukrainien et moldave à participer à leurs discussions. « Cela s'inscrit dans une très forte unité des membres du G7 pour continuer dans la durée à soutenir le combat de l'Ukraine pour sa souveraineté, jusqu'à la victoire », a déclaré M. Le Drian.

06h55 : La Grande-Bretagne demande « plus d'armes » et de sanctions pour maintenir la pression sur Poutine

« Il est très important en ce moment de maintenir la pression sur Vladimir Poutine en fournissant plus d'armes à l'Ukraine et en augmentant les sanctions » contre le Kremlin, a affirmé la ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss lors d'une réunion du G7 à Wangels, dans le nord de l'Allemagne.

06h35 : Le président du Conseil européen Charles Michel fait référence à la guerre lors de sa visite à Hiroshima

En 1945, cette ville a subi le premier bombardement atomique, et Charles Michel a profité d'une visite à un mémorial pour discuter de l'état actuel de la sécurité mondiale. « Au moment où nous parlons, la sécurité mondiale est menacée », a-t-il déclaré. « La Russie, un État doté de l'arme nucléaire, attaque la nation souveraine de l'Ukraine, tout en faisant des références honteuses et inacceptables à l'utilisation d'armes nucléaires. »

06h05 : À Mykolaïv, l’eau courante est un bien précieux

Dans le sud de l’Ukraine, à une trentaine de kilomètres du front, Mykolaïv, vidée de la moitié de ses habitants, est régulièrement la cible de tirs de roquettes et de missiles. Autre difficulté, l’eau courante est coupée depuis la mi-avril lorsque les canalisations en provenance du Dniepr ont été endommagées par des tirs russes. Les autorités de la ville travaillent à ramener l’eau dans les foyers, mais cela prend du temps.

► Découvrez le reportage de nos envoyés spéciaux

05h50 : La situation reste très tendue à Kharkiv

À Kharkiv, l’une des plus grandes villes de l’est de l’Ukraine, un tiers de la population a quitté la ville, selon le maire. Pour ceux qui sont restés sur place, les conditions de vie sont extrêmement difficiles, car si les troupes ukrainiennes ont libéré ces derniers jours plusieurs localités dans cette région, la situation reste très tendue, rapporte notre envoyé spécial Sami Boukhelifa.

Même si l’étau se desserre autour de Kharkiv, le front est très mouvant, l’armée ukrainienne limite d’ailleurs à la presse l’accès à ces villages proches de Kharkiv tout juste repris, car les combats sont très intenses. Il va falloir du temps, beaucoup plus de temps, pour sécuriser ces positions libérées. Ici on est à peine à 50km de la frontière avec la Russie, tout au long de la journée des déflagrations résonnent au loin en périphérie de Kharkiv, des tirs, des ripostes, la défense antiaérienne ukrainienne en action pour intercepter les missiles ennemis. La ville de Kharkiv est toujours déserte, les commerces sont quasiment tous fermés, les habitants qui n’ont pas pu fuir sont terrés chez eux ou cachés dans l’une des trente stations de métro de la ville, une situation dramatique, près de trois mois de vie sous terre. Les civils que l’on croise à l’extérieur sortent principalement pour récupérer l’aide humanitaire, les autorités ont mis en place plusieurs centres de distribution de colis alimentaires.

►À lire aussi : Après l'occupation, la vie reprend son cours à Mala Rogan

05h30 : La ministre sénégalaise des Affaires étrangères plaide pour « le dialogue »

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté ce 12 mai) une résolution pour mener une enquête sur de graves violations des droits humains par la Russie dans plusieurs villes du pays. Le texte a été adopté à une écrasante majorité, avec 33 votes pour, 2 contre, et 12 abstentions, dont le Sénégal qui préside actuellement l’Union africaine. Dakar défend depuis le début de la crise son attachement au principe « du non-alignement ». Interpellée jeudi lors d’une rencontre avec les ambassadeurs de l’Union européenne, la ministre sénégalaise des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, a plaidé pour « le dialogue », qui ne fragilise pas selon elle le partenariat avec l’Europe.

04h35 : La sécurité alimentaire au menu d'une réunion des chefs de la diplomatie du G7

Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G7 se réunissent ce vendredi en Allemagne pour discuter notamment de moyens d'apaiser les inquiétudes sur la sécurité alimentaire, tandis que grandit la crainte de voir la guerre entre la Russie et l'Ukraine déstabiliser davantage la Moldavie.

Rassemblés au domaine balnéaire de Weissenhaus, les chefs de la diplomatie du G7 - hormis le secrétaire d'État américain Antony Blinken, qui a contracté le Covid-19 – devraient principalement discuter de l'Ukraine et de la gestion des conséquences d'un conflit qui pourrait s'étaler sur des mois, voire davantage.

04h20 : La chanteuse Sylvie Vartan sort un album pour l’Ukraine

Elle fait partie des nombreux artistes engagés en faveur de l’Ukraine. La chanteuse Sylvie Vartan, qui est d’origine bulgare et qui a été confrontée à l’exil dans son enfance, sort un CD de 5 titres intitulé Odessa. Disponible depuis ce vendredi 13 mai en téléchargement et en vente physique dans 15 jours, ce mini album réunit des chansons sur ce thème de l’exil. Tous les bénéfices iront directement à l’Ukraine. Edmond Sadaka, du service culture de RFI, a joint Sylvie Vartan aux États-Unis où elle réside.

04h00 : Les accusations de crimes de guerre s'accumulent à l'égard de l'armée russe

Les accusations de crimes de guerre s'accumulent ce vendredi contre l'armée russe en Ukraine, notamment le déplacement de force de milliers de personnes dans des « camps de filtration », alors que plus de six millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de la guerre. Les chaînes américaine CNN et britannique BBC ont diffusé jeudi des images de vidéosurveillance les décrivant comme le meurtre de deux civils ukrainiens, sans armes, abattus par des soldats russes dans la banlieue de Kiev, le 16 mars. Les militaires les fouillent avant de partir le long d'un commerce, puis ils reviennent sur leurs pas et leur tirent dans le dos.

Selon CNN, le parquet ukrainien enquête sur ces faits sur la base d'accusations de crimes de guerre. L'AFP n'a pas été en mesure de vérifier les images de façon indépendante. Cette vidéo s'ajoute aux nombreux témoignages sur les exactions dont sont accusées les troupes russes en Ukraine. « Les militaires (russes) ont bombardé une maison d'habitation avec un char. Deux hommes et une femme ont été tués », a ainsi indiqué le parquet de la région de Kharkiv, dans l'est du pays, précisant que leurs corps, enterrés par les voisins dans la cour de leur maison, ont été exhumés mercredi. À l'arrivée du char, les habitants « se sont mis à rentrer dans la maison pour se cacher. Il a tiré dans la porte juste après. Quatre personnes sont mortes, deux ont été blessées », a raconté en pleurs à l'AFP Olga Karpenko, 52 ans, dont la fille est l'une des victimes, tuée par un éclat d'obus.

Les actes de l'armée russe feront l'objet d'investigations, notamment de la commission spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui en a reçu le feu vert jeudi, de la Cour pénale internationale et des autorités ukrainiennes. À New York, des représentants de l'ONU ont réclamé l'arrêt des bombardements d'écoles en Ukraine, tout en dénonçant leur utilisation à des fins militaires.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles