La Turquie lève son blocage à l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan

© Reuters

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a fini par lever son veto, mardi, à l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'Otan, évitant un revers à l'Alliance qui ouvrait mardi son sommet à Madrid. Voici le fil du 28 juin.

  • 1 h 44 : le maire de Kherson arrêté par les forces de sécurité russes

Des responsables russes nommés dans la région de Kherson ont annoncé que leurs forces de sécurité avaient arrêté mardi le maire de la ville, Igor Kolykhaïev, après qu'il a refusé d'obéir aux ordres de Moscou. Une responsable locale a de son côté déclaré que le maire de Kherson avait été enlevé.

"Je peux confirmer qu'(Igor) Kolykhaïev a été arrêté par le bureau du commandant (de la police militaire)" a indiqué Ekaterina Goubareva, la cheffe adjointe de la région de Kherson nommée par Moscou, dans un message publié sur Telegram.

Halyna Lyachevska, une conseillère d'Igor Kolykhaïev, a déclaré que le maire avait été enlevé après avoir refusé de coopérer avec l'occupant russe. "Ce matin, le maire de Kherson Igor Kolykhaïev s'est rendu dans les locaux où travaillaient les employés restants du conseil municipal" a-t-elle écrit dans un message publié sur Facebook. "Sitôt qu'il est sorti de sa voiture, il a été arrêté par des gardes nationaux armés et, vraisemblablement, le FSB", a-t-elle ajouté, faisant référence au principal service du renseignement russe.

  • 21 h 55 : le soutien d'Ankara est un "pas important", félicite la Première ministre suédoise

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a salué mardi un "pas important" après l'annonce de l'accord de la Turquie pour l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan, estimant que cela renforcerait l'alliance.

"S'engager vers une adhésion pleine et entière à l'Otan est bien sûr important pour la Suède et la Finlande, mais c'est aussi un pas très importante pour l'Otan, car nos deux pays seront pourvoyeurs de sécurité au sein de l'Otan", a déclaré Magdalena Andersson dans un entretien accordé à l'AFP.

  • 21 h 45 : Volodymyr Zelensky appelle l'ONU à envoyer une commission d'enquête après la destruction d'un centre commercial

Le président ukrainien a suggéré au Conseil de sécurité de l'ONU d'envoyer "une commission d'enquête" pour prouver que le centre commercial de Krementchouk a été détruit par un missile russe, obtenant de ses 15 membres, y compris de la Russie, l'observation debout d'une minute de silence pour "tous les Ukrainiens tués dans la guerre".

Lors d'une intervention en direct devant le Conseil, sa deuxième après un premier discours le 5 avril, le président ukrainien a aussi une nouvelle fois réclamé que la Russie soit expulsée de son siège permanent au Conseil de sécurité et qu'un tribunal soit créé pour juger les "actes terroristes quotidiens" de Moscou.

  • 21 h 40 : Otan: la Turquie n'a pas demandé de "concessions" américaines pour lever le blocage

La Turquie n'a pas fait "de demande particulière de concessions aux Américains" pour lever son opposition à l'entrée de la Finlande et de la Suède dans l'Otan, a assuré un haut responsable de la Maison Blanche.

L'accord conclu à Madrid entre la Turquie, la Finlande et la Suède sur l'élargissement de l'alliance militaire va donner "un élan puissant" à l'unité occidentale, a estimé ce haut responsable américain, qui n'a pas souhaité être identifié, lors d'un entretien avec des journalistes.

  • 21 h 25 : la Suède et la Finlande vont rendre l'Otan "plus forte et plus sûre", salue Boris Johnson

L'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan, rendue possible par la levée du véto turc, va rendre l'Alliance "plus forte et plus sûre", a réagi mardi soir le Premier ministre britannique Boris Johnson.

C'est" une nouvelle fantastique alors que nous commençons notre sommet de l'Otan", a-t-il dit sur Twitter. "L'adhésion de la Suède et de la Finlande vont rendre notre brillante alliance plus forte et plus sûre", a-t-il poursuivi.

  • 21 h 05 : la Turquie a obtenu "la pleine coopération" de la Finlande et de la Suède contre le PKK

La président turc Recep Tayyip Erdogan a obtenu "la pleine coopération" de la Finlande et de la Suède contre les combattants kurdes du PKK et leurs alliés, a annoncé la présidence turque mardi soir dans un communiqué.

La Turquie a donné son accord à l'entrée dans l'Otan de ces deux pays nordiques au terme de plus de trois heures de discussions mardi à Madrid, en marge du sommet de l'Alliance atlantique. "La Turquie a obtenu ce qu'elle voulait", a déclaré la présidence turque dans son communiqué.

Les deux pays candidats se sont engagés à "la pleine coopération avec la Turquie dans la lutte" contre le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré par Ankara et ses alliés occidentaux comme une organisation terroriste, ainsi que contre les mouvements qui lui sont affiliés, est-il précisé dans ce texte. Helsinki et Stockholm s'engagent également à "faire preuve de solidarité avec la Turquie dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes".

  • 20 h 45 : après l'accord de la Turquie, l'Otan va "inviter" Suède et Finlande à la rejoindre

Les pays de l'Otan, réunis en sommet à Madrid, vont "inviter" officiellement mercredi la Suède et la Finlande à rejoindre l'Alliance après la levée mardi soir du véto turc à leur adhésion, a annoncé le secrétaire général de l'Otan devant la presse.

"Je suis ravi d'annoncer que nous avons un accord qui ouvre la voie à l'entrée de la Finlande et de la Suède dans l'Otan" et qui répond "aux inquiétudes de la Turquie sur les exportations d'armes et sur la lutte contre le terrorisme", a ajouté Jens Stoltenberg.

  • 20 h 31 : accord de la Turquie pour soutenir l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'Otan

La Turquie a signé un mémorandum d'accord levant le blocage d'Ankara à la candidature de la Suède et de la Finlande à l'Otan, a annoncé la présidence finlandaise.

Cet accord signé devant les caméras par les chefs de la diplomatie des trois pays au début du sommet de l'Alliance atlantique à Madrid "confirme que la Turquie va, lors du sommet cette semaine, soutenir l'invitation de la Finlande et de la Suède à adhérer à l'Otan", a annoncé le président finlandais Sauli Niinistö dans un communiqué.

  • 20 h 05 : au sommet de l'Otan, le maire de Kiev réclame plus d'armes pour l'Ukraine

Le maire de Kiev, présent à Madrid pour le sommet de l'Otan, a appelé les pays de l'Alliance atlantique à "accélérer" les livraisons d'armes à l'Ukraine, jugeant ce soutien nécessaire pour le "retour" de la "paix" en Europe.

"Nous attendons" du sommet de l'Otan qu'il permette "d'accélérer" les livraisons d'armes à l'armée ukrainienne, a déclaré Vitali Klitschko, interrogé par des journalistes sur ses attentes vis-à-vis de ce sommet. "Nous avons besoin de systèmes anti-roquettes. Nous voyons que chaque jour les roquettes russes détruisent nos villes, tuent des civils, détruisent les infrastructures", a poursuivi l'ancien boxeur.

  • 18 h 07 : Il est "difficile" de convaincre la Turquie de lever son véto sur une adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan

Boris Johnson a reconnu que les discussions en vue d'une adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan donneraient lieu à une "conversation difficile" avec la Turquie au sommet de l'Alliance, se félicitant cependant de "progrès".

"La Finlande et la Suède, en rupture avec des décennies de neutralité historique, veulent maintenant nous rejoindre. Cela sera une conversation difficile", a déclaré le Premier ministre britannique à des journalistes dans l'avion le transportant vers Madrid.

  • 17 h 58 : la Bulgarie va expulser 70 membres du personnel diplomatique russe

"La Bulgarie va expulser 70 diplomates russes (...) Nos services les ont identifiés comme étant des personnes qui travaillaient contre nos intérêts", a déclaré le Premier ministre Kiril Petkov, devant les journalistes. C'est le plus grand nombre de membres du personnel diplomatique russe en Bulgarie à être expulsés en une seule fois.

  • 17 h 45 : le maire ukrainien élu de Kherson arrêté par les forces d'occupation prorusses

Le maire ukrainien élu de Kherson, ville du sud occupée par les forces russes et leurs alliés séparatistes, a été arrêté, a annoncé le chef adjoint de l'administration d'occupation, Kirill Stremooussov. Ce dernier avait été écarté du pouvoir local par les forces russes en avril, quelque semaines après la conquête par Moscou de cette ville et de sa région éponyme.

  • 17 h 10 : plus de six millions d'Ukrainiens déplacés à l'intérieur du pays

À la date du 23 juin, on estimait à plus de 6,2 millions le nombre d'Ukrainiens déplacés dans leur pays depuis le début de l'invasion russe, selon le dernier recensement de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies. Ils s'ajoutent aux plus de 5,2 millions d'Ukrainiens qui ont fui leur pays et été enregistrés comme réfugiés dans d'autres Etats européens depuis le début du conflit le 24 février.

C'est le nombre de plus bas de déplacés qu'elle a recensé depuis le 24 février, alors qu'il avait atteint un pic de huit millions début mai.

  • 16 h 50 : rencontre à Madrid entre les leaders de Turquie, Suède et Finlande

Une rencontre entre le président turc Recep Tayyip Erdogan, son homologue finlandais et la Première ministre suédoise destinée à tenter de lever le veto turc à l'entrée des deux pays nordiques dans l'Otan a débuté mardi après-midi à Madrid, selon des responsables suédois et finlandais.

Cette rencontre se tient sur les lieux du sommet de l'Alliance, qui s'ouvre mardi soir dans la capitale espagnole. La Turquie bloque l'adhésion de la Suède et de la Finlande, car elle les accuse d'abriter des militants de l'organisation kurde PKK, qu'elle considère comme "terroriste".

  • 16 h 04 : les États-Unis annonceront mercredi un renforcement "à long terme" de leur engagement militaire en Europe

Les États-Unis vont faire mercredi lors du sommet de l'Otan en Espagne "des annonces spécifiques" sur "de nouveaux engagements militaires sur terre, en mer et dans les airs à long terme" en Europe, a dit mardi un haut conseiller de Joe Biden.

"À la fin de ce sommet il y aura un dispositif plus robuste, plus efficace, plus crédible (...) pour tenir compte d'une menace russe plus aigue et plus grave, pas seulement à cause de ce qu'ils ont fait en Ukraine, mais aussi à cause de la manière dont ils ont changé leur positionnement vis-à-vis de la Biélorussie", a-t-il assuré.

  • 15 h 33 : Michelin va céder ses activités en Russie "d'ici fin 2022"

Michelin a annoncé mardi la cession "d'ici fin 2022" de ses activités en Russie, des actifs évalués à 250 millions d'euros, tout en précisant que cette opération n'aurait pas d'impact sur ses objectifs financiers.

"Après avoir suspendu ses activités industrielles en Russie le 15 mars dernier, Michelin fait aujourd'hui le constat de l'impossibilité technique de leur reprise", a déclaré le fabricant de pneus dans un communiqué. Ce dernier emploie environ 1 000 personnes en Russie, dont 750 dans l'usine de Davydovo, près de Moscou. Ce site, ouvert en 2004, produit entre 1,5 et 2 millions de pneumatiques par an.

  • 14 h 20 : l'oligarque russe Oleg Deripaska qualifie "d'erreur colossale" le conflit en Ukraine

L'oligarque russe Oleg Deripaska a qualifié "d'erreur colossale" le conflit en Ukraine, des propos d'une rare virulence s'agissant d'un représentant de l'élite russe. "Est-ce dans l'intérêt de la Russie de détruire l'Ukraine ? Bien sûr que non :ce serait une erreur colossale", a-t-il déclaré à l'occasion d'une rare conférence de presse à Moscou.

  • 13 h 30 : l'Ukraine est face à une "brutalité" inédite en Europe "depuis la Seconde Guerre mondiale", selon le chef de l'Otan

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé les pays de l'Alliance à poursuivre leur soutien à l'Ukraine, estimant que ce pays était confronté à "une brutalité" inédite "depuis la Seconde Guerre mondiale" en raison de son invasion par la Russie.

"Nous allons convenir d'un programme d'assistance complet à l'Ukraine pour l'aider à faire respecter son droit à la légitime défense. Il est extrêmement important que nous soyons prêts à continuer à apporter notre soutien [à Kiev]", a déclaré Jens Stoltenberg, à quelques heures de l'ouverture du sommet de l'Otan à Madrid.

  • 13 h 18 : l'opposant russe Ilia Iachine condamné à quinze jours de prison

Un tribunal de Moscou a condamné à quinze jours de prison Ilia Iachine, l'une des dernières figures russes de l'opposition encore dans le pays, en pleine vague de répression depuis l'offensive en Ukraine.

L'homme de 38 ans, a été condamné pour "désobéissance à la police", a indiqué le service de presse des tribunaux de Moscou, accusation que l'intéressé a jugé montée de toutes pièces, rappelant sur Telegram être "un critique du président Poutine et un adversaire de la guerre en Ukraine".

  • 13 h 01 : la Russie "ne peut ni ne doit" gagner la guerre, selon Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a déclaré à l'issue du sommet du G7 que la Russie "ne peut ni ne doit" gagner la guerre en Ukraine. Le président français a aussi insisté sur la nécessité de continuer à explorer des alternatives au gaz russe, citant le nucléaire et l’énergie renouvelable.

Il s'est dit favorable à un plafonnement des prix du gaz russe, nécessaire à ses yeux pour que la flambée des prix du pétrole cesse de contribuer au financement du "trésor de guerre" de la Russie. En revanche, le chef d'État français a affirmé ne pas reprendre à propos de la Russie la "qualification" d'État finançant le terrorisme, contrairement à la demande de Volodymyr Zelensky.

  • 12 h 45 : le G7 débloque 4,5 milliards de dollars contre la pénurie alimentaire

Dans un contexte marqué par l'augmentation du prix des denrées alimentaires, consécutives à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les dirigeants du G7 se sont engagés à verser 4,5 milliards de dollars supplémentaires pour lutter contre l'insécurité alimentaire.

Le G7 a également exhorté les pays et entreprises disposant d'"importants stocks de nourriture" à contribuer à atténuer la pénurie actuelle.

Sur le plan de l'environnement, les pays membres du G7 se sont accordés sur la création d'un "club climat" destiné à renforcer et élargir la coopération dans la lutte contre le réchauffement climatique.

  • 11 h 42 : Cinq pays émergents, dont l'Inde, condamnent avec le G7 l'invasion de l'Ukraine

Les sept puissances du G7, réunies en sommet en Allemagne, se sont engagées à "soutenir" la reconstruction de l'Ukraine via une conférence internationale et un plan, selon un projet de déclaration finale consulté par l'AFP.

Le G7, auquel se sont joints cinq pays émergents, dont l'Inde, a par ailleurs condamné l'invasion "illégale" de l'Ukraine, par la Russie.

  • 11 h 09 : Erdogan met la pression sur la Finlande et la Suède au sommet de l'Otan

Depuis Madrid, où sont réunis les pays de l'Alliance atlantique, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'il attendait des "résultats, pas des mots creux" de la part des deux pays nordiques qui veulent adhérer à l'Otan. "Nous allons rencontrer aujourd'hui la Première ministre de Suède, la présidente finlandaise et le Secrétaire général de l'Otan : nous verrons jusqu'où [elles] peuvent aller", a déclaré le chef de l'État qui s'oppose depuis mi-mai à l'adhésion des deux pays.

  • 10 h 55 : la Russie interdit de territoire 25 Américains dont l'épouse et la fille de Biden

Jill et Ashely Biden, l'épouse et la fille du président américain Joe Biden sont désormais interdites d'entrée sur le territoire russe, en répliques aux sanctions adoptées par les États-Unis, a annoncé Moscou. Leurs noms s'ajoutent à une liste d'une vingtaine d'Américains qui comprend aussi le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnel, d'autres sénateurs comme Charles Grassley, Kirsten Gillibrand et Susan Collins, et des professeurs d'université comme Francis Fukuyama.

  • 10 h 32 : l'armée russe assure ne pas avoir ciblé le centre commercial de Krementchouk

L'armée russe a affirmé avoir frappé la veille à Krementchouk en Ukraine un dépôt d'armes, entraînant des explosions qui, selon Moscou, ont mis le feu à une galerie commerçante "désaffectée", alors que les Ukrainiens ont fait état d'au moins 18 morts dans le bombardement d'un centre commercial "bondé".

Le ministère de la Défense a dans son communiqué quotidien assuré avoir détruit avec des missiles de "haute précision" des entrepôts d'armements livrés par les Occidentaux qui se situaient sur le territoire d'une usine de véhicules de chantier mitoyenne du centre commercial.

  • 10 h 05 : Volodymyr Zelensky demande un système de défense antimissile

Le chef de l'État ukrainien a déclaré au secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, que son pays avait besoin de systèmes de défense antimissile pour prévenir les attaques russes.

  • 9 h 55 : l'une des dernières figures de l'opposition arrêtée à Moscou

L'opposant Ilia Iachine, l'une des dernières figures de l'opposition russe encore en Russie et en liberté, a été arrêté à Moscou, a indiqué son avocat Vadim Prokhorov. "D'après les informations à ma disposition, il est accusé de désobéissance aux injonctions de la police", un délit passible de quinze jours de prison, a écrit maître Prokhorov sur Facebook, tout en indiquant qu'il n'a pas eu le droit de voir son client. D'après une amie de Ilia Iachine, il a été arrêté hier lors d'une promenade dans un parc moscovite.

Proche d'Alexeï Navalny, Ilia Iachine est une figure en vue depuis des années de l'opposition, notamment lors du grand mouvement anti-Kremlin de 2011-2012. Il est aujourd'hui élu d'opposition dans un district municipal de Moscou et a dénoncé l'offensive militaire de la Russie contre l'Ukraine.

  • 8 h 50 : le point sur les combats en Ukraine

L'envoyée spéciale de France 24 en Ukraine, Taline Oundjian, fait le point sur les combats à Mykolaïv, dans le Donbass, ainsi que sur le bilan de frappes russes en profondeur sur le territoire ukrainien.

  • 7 h 26 : marathon diplomatique du G7 au sommet de l'Otan à Madrid

Les dirigeants du G7, où la question de la guerre en Ukraine a été au cœur des discussions, bouclent leur sommet aujourd'hui, jour où Vladimir Poutine doit effectuer son premier déplacement à l'étranger depuis le déclenchement de la guerre, au Tadjikistan, une ex-république soviétique d'Asie centrale.

Après le G7, le marathon diplomatique des alliés se poursuit avec le sommet de l'Otan à Madrid. Le président ukrainien sera présent au rendez-vous par visioconférence.

  • 6 h 45 : Zelensky dénonce "l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne"

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a dénoncé dans ces termes la frappe russe sur un centre commercial à Krementchouk, une ville située à 330 kilomètres au sud-est de Kiev, et à plus de 200 kilomètres du front. Le bilan s'est encore alourdi et les autorités locales déplorent désormais 18 morts dans ce bombardement.

  • 0 h 15 : le bilan de la frappe russe sur un centre commercial passe à 16 morts et 59 blessés

Le bilan d'une frappe de missile russe lundi contre un centre commercial de Krementchouk en Ukraine s'est alourdi en passant à 16 morts et 59 blessés, a déclaré le chef des services de secours ukrainiens.

"À l'heure actuelle, nous avons connaissance de 16 morts et de 59 blessés, dont 25 sont hospitalisés. Les informations sont en cours d'actualisation", a indiqué le chef des services de secours ukrainiens, Sergiy Kruk, sur Telegram.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles