En direct : "450 tombes" découvertes près d'Izioum, ville reprise aux Russes

© Reuters

Une "fosse commune" a été mise au jour à Izioum, ville reprise aux Russes par l'Ukraine, a affirmé jeudi soir son président Volodymyr Zelensky. L'un de ses conseillers a parlé de quelque "450 tombes". En parallèle, les États-Unis ont annoncé une nouvelle aide militaire à l'Ukraine. Suivez en direct les derniers développements.

  • 11 h 52 : Erdogan appelle à mettre fin à la guerre en Ukraine "au plus vite"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à Samarcande à mettre fin à la guerre en Ukraine "au plus vite", juste avant une rencontre bilatérale avec le président russe Vladimir Poutine.

"Nous œuvrons pour mettre fin au conflit en Ukraine au plus vite par la voie diplomatique", a déclaré le chef de l'État turc devant le Sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai, en présence notamment de Vladimir Poutine.

  • 11 h 27 : l'ONU veut envoyer une équipe à Izioum pour enquêter sur les allégations de fosse commune

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU souhaite envoyer "sous peu" une équipe à Izioum en Ukraine, récemment libérée des occupants russes, pour vérifier les allégations des autorités ukrainiennes évoquant une fosse commune et des exécutions.

"Nos collègues en Ukraine, de la mission de surveillance des droits de l'homme en Ukraine, vérifient ces allégations et ils visent à organiser une visite à Izioum pour déterminer les circonstances de la mort de ces personnes" retrouvées dans cette ville, a indiqué Elizabeth Throssell, porte-parole du Haut-Commissariat, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

  • 10 h 19 : "450 tombes" découvertes près d'Izioum

Quelque "quatre cent cinquante tombes" ont été découvertes près d'Izioum, ville dans la région de Kharkiv dans le nord-est de l'Ukraine, récemment reprise aux forces russes, a affirmé un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak.

"Ce n'est qu'un seul des sites d'enterrements massifs découverts près d'Izioum", a-t-il écrit sur Twitter. "Pendant des mois, la terreur, la violence, la torture et les meurtres de masse ont régné en maître dans les territoires occupés" a-t-il ajouté.

  • 8 h 23 : Berlin prend le contrôle des activités du groupe Rosneft en Allemagne

Berlin a placé sous tutelle les activités allemandes du géant pétrolier russe Rosneft, qui gère de nombreuses raffineries en Allemagne, afin de "sécuriser" l'approvisionnement énergétique national.

Les filiales de Rosneft en Allemagne, qui représentent 12 % de la capacité de raffinage pétrolier du pays, sont placées sous "administration fiduciaire" forcée par l'agence nationale qui gère les réseaux d'énergie, a indiqué le ministère de l'Économie dans un communiqué.

  • 1 h 33 : la Maison Blanche valide 600 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine

La Maison Blanche a validé jusqu'à 600 millions de dollars d'assistance militaire supplémentaire à l'Ukraine, selon un communiqué jeudi. Cette assistance se compose d'équipements et de services, mais aussi de formation, selon l'exécutif américain, qui ne donne pas plus de détails, notamment sur les armements fournis.

  • 0 h 36 : l'Ukraine a perdu environ 15 % de ses capacités de stockage de céréales

Environ 15 % de la capacité de stockage de céréales de l'Ukraine a été perdue depuis le début de la guerre avec la Russie, relève jeudi un rapport américain qui souligne les effets néfastes pour la sécurité alimentaire mondiale.

Depuis le début de la guerre, l'accès à des silos et autres espaces de stockage représentant environ 8,5 millions de tonnes de céréales a été perdu par l'Ukraine, selon l'estimation du Conflict Observatory, soutenu par Washington. Sur les quelque 58 millions de tonnes en capacité de stockage en Ukraine, les Russes ont ainsi pris le contrôle de 6,24 millions et 2,25 millions ont été détruit, précise le rapport.

Ces pertes importantes remettent en cause la capacité de l'Ukraine à poursuivre son rôle de grenier à blé de nombreux pays, qui dépendent du pays pour leurs approvisionnements en blé, maïs et tournesol notamment.

  • 23 h 14 : le pape juge moralement acceptable de livrer des armes à l'Ukraine pour qu'elle se défende

Le pape François a déclaré jeudi qu'il était légitime du point de vue moral de fournir des armes à l'Ukraine pour l'aider à se défendre face à la Russie.

S'exprimant devant des journalistes à bord de l'avion le ramenant d'un déplacement au Kazakhstan, le souverain pontife a aussi exhorté l'Ukraine à se tenir prête à un dialogue avec la Russie, même "en se pinçant le nez".

À la question d'un journaliste lui demandant s'il était juste moralement pour certains pays de fournir des armes à l'Ukraine, envahie par la Russie le 24 février, François a répondu : "C'est une décision politique qui peut être morale, moralement acceptée, si elle est faite selon les conditions de moralité."

Le pape a rappelé les principes de la "guerre juste" selon l'Église catholique, lesquels autorisent l'usage proportionné d'armes létales pour un pays désireux de se défendre face à un agresseur.

  • 23 h 05 : une "fosse commune" découverte à Izioum, ville reprise aux Russes, affirme Zelensky

Une "fosse commune" a été découverte à Izioum, ville reprise aux Russes il y a quelques jours dans le cadre de la contre-offensive ukrainienne dans la région de Kharkiv (est), a affirmé jeudi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Nous voulons que le monde sache ce que l'occupation russe a provoqué", a-t-il dit sans donner de détails sur le nombre de personnes enterrées ni sur les causes de leurs décès. L'enquête a commencé, "on doit avoir plus d'informations vérifiées et claires demain", a ajouté Volodymyr Zelensky dans son adresse vidéo quotidienne.

Un responsable de la police régionale Serguiï Botvinov a son côté indiqué à Sky News qu'un site d'enterrement avec environ 440 tombes avait été découvert à Izioum. Certains défunts ont été tués par balles, d'autres sont morts dans des bombardements, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Volodymyr Zelensky a comparé Izioum aux villes de Boutcha et Marioupol devenues symboles d'atrocités de l'invasion russe de l'Ukraine. "La Russie laisse partout la mort derrière elle. Et elle doit répondre. Le monde doit vraiment tenir la Russie responsable de cette guerre. Nous allons tout faire pour cela", a-t-il lancé.

Avec AFP et Reuters