[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: Kiev contre toute «négociation» en cas d'élimination de ses soldats à Marioupol

·17 min de lecture

Suivez en direct les dernières informations du conflit en Ukraine, ce samedi 16 avril, au 52e jour de l’invasion russe.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations en une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru, via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil

► Cliquez ici pour rafraîchir la page

Les points essentiels :

► Le président ukrainien Volodymyr Zelenksy a prévenu samedi que « l'élimination » des derniers soldats ukrainiens présents dans la ville portuaire de Marioupol assiégée par les forces russes « mettrait fin à toute négociation de paix » avec Moscou.

► La Russie annonce que le Premier ministre britannique Boris Johnson et plusieurs autres hauts responsables britanniques sont interdits d'entrée dans le pays, après que Londres eut imposé des sanctions à Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine.

► Le président ukrainien a déclaré vendredi soir sur CNN qu'entre 2 500 et 3 000 soldats ukrainiens étaient morts depuis le début du conflit entre la Russie et l'Ukraine, ajoutant que 10 000 autres avaient été blessés.

►À la date du 15 avril, plus de cinq millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe, selon les chiffres du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

19h19 : Le prince Harry ouvre les Invictus Games, ovation pour l'équipe ukrainienne

Le prince britannique Harry a salué le courage de l'équipe ukrainienne lors de la cérémonie d'ouverture des Invictus Games, jeux créés pour les soldats blessés, aux Pays-Bas ce samedi. « On ne soulignera jamais assez votre courage et votre choix de venir et d'être ici », a déclaré le prince Harry à l'équipe ukrainienne depuis la scène. L'équipe a raconté la veille au prince être venue « sur cette scène mondiale, pas simplement pour montrer notre force, mais pour dire notre vérité », raconte le Prince Harry.

Présente sur scène, Meghan a également exprimé son soutien à l'équipe ukrainienne. « Slava Ukraini ! » (Gloire à l'Ukraine!) a-t-elle lancé. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a lui aussi exprimé son soutien à l'équipe ukrainienne en ouvrant la cérémonie, qui a été ovationnée par le public.

Plus de 500 participants venant de plus de 16 nations participent à l'événement, qui a été reporté deux fois en raison de la pandémie de Covid-19, et qui doit s'achever le 22 avril. Dix-neuf personnes représenteront l'Ukraine, envahie par la Russie depuis le 24 février, mais l'équipe a déploré la mort d'au moins quatre anciens participants et membres de l'équipe, ainsi que l'absence d'une participante, selon ses membres emprisonnés à Marioupol.

18h37 : La Russie diffuse une vidéo présentée comme montrant des rescapés du croiseur Moskva

Le ministère russe de la Défense a diffusé samedi une vidéo présentée comme montrant une rencontre entre le chef de la marine russe et des rescapés du croiseur Moskva qui a sombré en mer Noire. Dans cette vidéo d'une trentaine de secondes, on voit quelques dizaines d'hommes en uniforme de marin alignés au garde-à-vous face au chef de la marine l'amiral Nikolaï Iévménov à Sébastopol, selon le gouvernement russe.

Il s'agit des premières images sur lesquelles on peut voir des membres présumés de l'équipage du Moskva depuis son naufrage jeudi. La Russie affirme que ce navire amiral de la flotte russe de la mer Noire a sombré à la suite d'un incendie provoqué par l'explosion de munitions. L'Ukraine affirme de son côté l'avoir coulé avec des missiles.

La diffusion de la vidéo samedi intervient au moment où nombre d'experts et d'internautes s'interrogent sur le sort des membres de l'équipage du Moskva. La Russie assure que l'équipage avait été évacué avant le naufrage, sans faire état de victimes.

À lire aussi : Le croiseur «Moskva» coulé en mer Noire: un immense revers pour la marine russe

17h59 : À Kramatorsk, certains Ukrainiens font le choix de rester

Dans le Donbass, les villes et villages se vident à l'approche de l'offensive russe. À Kramatorsk, 70% de la population auraient quitté les lieux, pour rejoindre l'Ouest. Mais certains choisissent de rester chez eux, malgré les bombardements, les pénuries et les combats qui se rapprochent.

« Pourquoi partir ? On ne sait pas combien de temps ça va durer. Dans l'ouest de l'Ukraine, il n’y a pas d'emploi, pas d'argent pour vivre. L’autre option, c'est de rester à Kramatorsk et d’espérer que ça s’arrange », explique Maxim, 16 ans.

Découvrez le reportage de nos envoyés spéciaux de retour du Donbass, Marie Normand et Julien Boileau

17h33 : L'Italie ferme ses ports aux navires russes

À partir du 17 avril, les navires russes amarrés dans les ports italiens devront prendre le large après avoir fini leur « activité commerciale ». Les autorités italiennes ont immobilisé plus de 800 millions d'euros de personnalités russes visées par les sanctions occidentales

17h18 : La nouvelle armée russe et ses « postulats erronés » en Ukraine

Depuis le 24 février, l'armée russe présente une image très éloignée de celle qu’elle a projetée au cours des dix dernières années. La guerre en Ukraine met en évidence les faiblesses de l’outil militaire russe et interroge sur la modernisation engagée en 2008.

L’étonnement international face aux difficultés rencontrées montre aussi que Vladimir Poutine aura su mettre en scène une puissance retrouvée de son armée. Sylvie Noël reçoit Isabelle Facon, directrice adjointe de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et spécialiste des politiques de sécurité et de défense russes. Elle a publié en 2021 La nouvelle armée russe aux éditions L'Inventaire, dans la collection Les carnets de l'observatoire.

Écoutez Isabelle Facon: «Les postulats erronés de l'armée russe en Ukraine»

17h06 : Les menaces de représailles du Kremlin n'inquiètent pas les Occidentaux

Moscou promet des conséquences aux aides militaires occidentales. Avec ces menaces, la Russie espère affaiblir l'Ukraine et faisant plier ses alliés. Mais le soutien au gouvernement ukrainien ne faiblit pas, l'Allemagne annonçant vouloir débloquer un milliard d'euros d'aide militaire pour l'Ukraine.

Pour Marie Dumoulin du Conseil européen des Relations Internationales, le support occidental est mesuré et indispensable pour l'Europe.

15h54 : « L'élimination » des derniers soldats ukrainiens à Marioupol « mettrait fin à toute négociation »

Le président ukrainien Volodymyr Zelenksy a prévenu samedi que « l'élimination » des derniers soldats ukrainiens présents dans la ville portuaire de Marioupol assiégée par les forces russes « mettrait fin à toute négociation de paix » avec Moscou.

Cette déclaration du président dans un entretien avec le site internet d'information Ukraïnska Pravda fait suite à l'avancée des forces russes et de ses alliés dans la ville du sud-est de l'Ukraine. Les forces ukrainiennes sont désormais encerclées, selon l’armée russe qui, avec la milice du Donbass, multiplie les tentatives pour prendre l’usine Azovstal, bastion des forces ukrainiennes dans la ville.

En termes de bilan humain, « Marioupol, cela peut être dix fois Borodianka », une petite ville ukrainienne près de Kiev détruite après avoir été pilonnée et théâtre d'exactions présumées pendant son occupation par les soldats russes, accuse le président ukrainien. « Et plus il y aura de Borodianka, plus ce sera difficile » de négocier, a-t-il souligné.

Le 11 avril, l'armée ukrainienne avait annoncé se préparer à « une ultime bataille » à Marioupol, sur la mer d'Azov, dans le sud-est. « Ce sera la mort pour certains d'entre nous et la captivité pour les autres », avait écrit sur Facebook la 36e brigade de marine, qui fait partie des forces armées ukrainiennes.

15h45 : 40 000 personnes supplémentaires ont fui l'Ukraine

De très nombreux réfugiés qui ont fui l'Ukraine n'auront plus de maison où revenir habiter, alerte samedi le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), alors que 40 200 personnes de plus ont quitté le pays ces dernières 24 heures.

Le HCR recense exactement 4 836 445 Ukrainiens qui ont fui leur pays depuis l'invasion russe le 24 février, soit 40 200 de plus que vendredi. À ce chiffre s'ajoute environ 215 000 ressortissants de pays tiers, principalement des étudiants et des travailleurs migrants, qui ont également fui la guerre en Ukraine vers les pays voisins, selon des chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

« Le plus grand souhait des gens est de rentrer chez eux. Mais pour beaucoup, il n'y a pas de maison où revenir habiter, car elle a été détruite, endommagée, ou bien elle est située dans une zone qui n'est pas sûre », a déclaré Karolina Lindholm Billing, représentante du HCR en Ukraine.

15h14 : Une raffinerie de pétrole visée à Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine

Les forces russes ont frappé samedi matin une raffinerie de pétrole à Lyssytchansk, une ville située tout près de la ligne de front, dans l'est de l'Ukraine, annoncent les autorités locales. « Un incendie s'est déclaré (...) et l'extinction se poursuit en ce moment », déclare le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, sur sa chaine Telegram.

« Les Russes la ciblent systématiquement pour épuiser les sauveteurs. Il n'y a pas de carburant à cet endroit. Seuls des résidus d'hydrocarbures brûlent », a-t-il ajouté. La ville de Lyssytchansk et celle jumelle de Severodonetsk sont quotidiennement la cible de frappes des forces armées russes.

15h02 : L'Allemagne débloque plus d'un milliard d'euros d'aide militaire à l'Ukraine

Critiquée pour son manque de soutien à l’Ukraine en guerre, l’Allemagne envisage de mettre la main au portemonnaie. Le pays promet un milliard d’euro pour l’Ukraine puisse obtenir de nouveaux équipements militaires, alors que le gouvernement du chancelier Scholz essaie de multiplier les geste sde bonne volonté à l’égard de Kiev.

Une manière de passer l’éponge sur les tergiversations allemandes à livrer des armes lourdes à l’Ukraine et pour tenter d’oublier qu’il y a une semaine, Frank Walter Steinmeier, le président allemand, se faisait vertement prié par les Ukrainiens de rester à Berlin, lui qui avait proposé de venir en visite à Kiev rappelle notre correspondant à Berlin Léo Bräuer-Potier.

À lire aussi : Guerre en Ukraine: l'Allemagne livre finalement des armes à l'Ukraine

14h41 : Un vol spécial à Roissy pour ramener des Russes expulsés par la France

Un avion spécial affrété par Moscou se trouvait samedi à l'aéroport de Roissy pour ramener en Russie près de 140 ressortissants russes expulsés par la France, a appris l'AFP de source aéroportuaire.

137 passagers, déclarés « persona non grata » avec leur famille et proches, embarquaient en milieu d'après-midi à bord de l'avion qui devait décoller dans la foulée, a rapporté cette source. « Les Russes ont envoyé un avion. Vu qu'ils n'ont pas le droit de survoler la France, cela a fait l'objet d'un accord diplomatique. Les gens s'en vont sous bonne escorte », déclare à l'AFP la source aéroportuaire.

La France a annoncé au début du mois l'expulsion de 41 diplomates russes qui se livraient selon elle à des activités d'espionnage sous couvert de leur ambassade, précisant que la sanction s'inscrivait dans « une démarche européenne ».

14h11 : La ville de Tchernihiv détruite à 70 %

Le maire de la ville Vladyslav Atroshenko affirme que 70 % de Tchernihiv a été détruit depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Samedi, des sauveteurs ukrainiens continuent de déblayer les décombres des bâtiments endommagés dans la ville ukrainienne en ruines, ravagée par un les bombardements et les frappes aériennes. Les troupes russes, qui encerclaient la ville, se sont retirées de Tchernihiv au début du mois d'avril.

13h49 : Plus de 900 civils retrouvés morts dans la région de Kiev, selon la police ukrainienne

Les corps de plus de 900 civils ont été découverts dans la région de la capitale ukrainienne après le repositionnement des troupes russes à l'Est. Andriy Nebytov, chef de la police régionale de Kiev, affirme que les corps ont été abandonnés dans les rues ou enterrés provisoirement.

95% des civils retrouvés morts par les forces armées ukrainiennes seraient morts des suites de blessures par balle, selon les données de la police ukrainienne. « Sous l'occupation (russe), les gens ont tout simplement été exécutés dans les rues », déclare Andriy Nebytov.

De nouveaux corps sont découverts chaque jour sous les décombres et dans des fosses communes, ajoute-t-il. À Boutcha, près de 350 corps ont été déterrés à ce jour.

12h10 : La société française de cosmétiques L'Occitane ferme ses boutiques en Russie

La société française de cosmétiques L'Occitane annonce qu'elle va fermer ses boutiques et son site internet en Russie, revenant ainsi sur sa décision initiale de les maintenir ouverts. Les clients avaient menacé de boycotter la marque, qui avait déclaré que le fait de garder les magasins ouverts protégerait le personnel contre d'éventuelles « représailles ».

Mais dans un communiqué publié vendredi, l'entreprise a déclaré qu'elle fermait les boutiques en raison de « l'énorme souffrance humaine et de l'escalade de l'action militaire en Ukraine ».

11h40 : Une « Marche pour une vraie paix en Ukraine », à Berlin, en Allemagne

11h20 : Un mort dans l'attaque de Kiev

Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées dans les tirs de missiles qui ont frappé Kiev ce samedi matin, déclare le maire de Kiev, Vitali Klitschko. M. Klitschko qui ajoute que les médecins se battent pour sauver la vie des personnes blessées.

« Les défenses aériennes tentaient de protéger la population », a-t-il poursuivi dans sa mise à jour sur Telegram, « mais l'ennemi est impitoyable ».

10h50 : Après le bombardement d'une usine militaire, en image

09h30 : Boris Johnson interdit d'entrée en Russie

La Russie annonce ce 16 avril que le Premier ministre britannique Boris Johnson et plusieurs autres hauts responsables britanniques sont interdits d'entrée dans le pays, après que Londres eut imposé des sanctions à Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine. « Cette mesure a été prise en réponse à la campagne médiatique et politique effrénée visant à isoler internationalement la Russie et créer les conditions propices pour (...) étrangler l'économie » nationale, a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Outre le Premier ministre Boris Johnson, figurent également sur la liste noire de Moscou le vice-Premier ministre Dominic Raab, la ministre des Affaires étrangères Liz Truss, le ministre de la Défense Ben Wallace, l'ex-Première ministre Theresa May et la Première ministre d'Écosse Nicola Sturgeon.

► À lire aussi : Biden accuse Poutine de mener un «génocide» en Ukraine

07h50 : Une usine militaire visée par un bombardement à Kiev

Une usine militaire fabriquant notamment des tanks a été visée ce samedi matin par un bombardement dans la banlieue de Kiev, la capitale ukrainienne, a constaté un journaliste de l'AFP. Un grand nombre de militaires et de policiers étaient présents sur place, empêchant l'accès au complexe, d'où s'échappait de la fumée. Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a indiqué sur Facebook ne pas avoir à ce stade d'informations sur les victimes potentielles.

Le ministère russe de la Défense a en effet annoncé avoir visé une usine de matériel militaire à Kiev, un jour après l'avertissement des forces russes qu'elles allaient intensifier leurs attaques sur la capitale ukrainienne. « Des armes air-sol de haute précision et de longue portée ont détruit des bâtiments de production d'une usine d'armement à Kiev », a annoncé le ministère dans un communiqué sur Telegram.

07h30 : Une manifestation pro-Russie à Belgrade

Lors d'une marche organisée par des organisations ultra-nationalistes serbes à Belgrade, hier vendredi 15 avril, des manifestants ont brandi des drapeaux russes et serbes pour protester contre les autorités serbes qui ont voté la suspension de l'adhésion de la Russie au Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

06h25 : Des explosions entendues à Kiev et à Lviv

Des explosions ont été entendues ce samedi aux premières heures de la journée dans la capitale ukrainienne, Kiev, et à Lviv, dans l'ouest du pays, ont rapporté les médias locaux. Les sirènes d'alerte ont retenti samedi dans une grande partie de l'Ukraine.

Sur Telegram, le maire de la capitale Kiev, Vitali Klitschko, a déclaré que des explosions avaient touché le quartier de Darnytskyi, à la périphérie de la ville. Il a ajouté que le nombre de victimes n'était pas connu et que les secouristes étaient sur place.

05h55 : À Rome, le chemin de Croix reprend place au Colisée sur fond de polémique autour de l'Ukraine

Après deux ans d'interruption due à la pandémie de Covid-19, le traditionnel chemin de croix au Colisée a rassemblé environ 10 000 pèlerins de différentes nationalités en ce Vendredi saint. Malgré les polémiques de ces derniers jours sur la décision du pape François de faire porter la croix par une Ukrainienne et une Russe à la treizième station, la Via Crucis s'est déroulée sereinement.

Découvrez notre reportage en cliquant ici

► À lire aussi, la revue de presse française : Cette polémique ukrainienne au Vatican

05h25 : L'acheminement de l'aide constitue un « défi de taille », selon le Royaume-Uni

Selon le ministère britannique de la Défense, cité par la BBC, les dégâts causés par les troupes russes aux infrastructures de transport ukrainiennes ont constitué un « défi de taille » pour les personnes chargées d'acheminer l'aide humanitaire dans plusieurs régions du nord du pays. Les troupes russes auraient détruit des ponts, utilisé des mines terrestres et abandonné des véhicules le long de routes clés lors de leur retrait de la région du nord.

04h55 : 70% de Severodonetsk détruit

Le chef de l'administration civilo-militaire de Severodonetsk, Oleksandr Striuk, a déclaré que Severodonetsk était sous le feu nourri des forces russes et qu'il ne restait plus dans la ville qu'environ 20 000 habitants sur un total de 135 000.

04h40 : Dans le Donbass, le village de Sviatohirsk extrêmement divisé sur la guerre

Dans l’est de l’Ukraine, le Donbass se prépare à l’offensive des forces russes. De part et d’autres de la ligne de front, les forces ukrainiennes et russes amassent des troupes et du matériel. Cerné à l’est et au nord par les combats, le village russophone de Sviatohirsk est extrêmement divisé à propos de cette guerre et une grande partie de la population a choisi de ne pas évacuer.

Découvrez le reportage de nos envoyés spéciaux en cliquant ici

04h20 : La Russie avertit Washington de « conséquences » suite à son aide militaire à l'Ukraine

La Russie a adressé cette semaine aux États-Unis une plainte formelle avertissant le gouvernement américain de « conséquences imprévisibles » suite à son aide militaire en forte hausse à l'Ukraine, selon des informations de presse. Selon cette note diplomatique, Moscou avertit les États-Unis et l'Otan contre l'envoi d'armes « plus sensibles » à l'Ukraine, jugeant que de tels équipements militaires mettaient de l'« huile sur le feu » et pourraient provoquer des « conséquences imprévisibles », a rapporté le Washington Post.

Cet avertissement a été fait alors que le président américain Joe Biden a promis une nouvelle aide militaire d'une valeur de 800 millions de dollars à l'Ukraine, dont des hélicoptères et des véhicules blindés de transport de troupes. « Ce que les Russes nous disent en privé est précisément ce que nous disons au monde publiquement, que l'aide massive que nous fournissons à nos partenaires ukrainiens fait la preuve de sa remarquable efficacité », a indiqué un haut-responsable américain, cité par le Post.

Le département d'État s'est refusé à tout commentaire. Selon le New York Times, cette note a été adressée selon la voie diplomatique normale et n'est pas signée d'un haut-responsable russe.

04h00 : Le Premier ministre et des responsables ukrainiens à Washington la semaine prochaine

Le Premier ministre et des responsables ukrainiens se rendront la semaine prochaine à Washington à l'occasion des réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, ont déclaré vendredi soir des sources au fait de la question.

Le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, le ministre des Finances, Serhiy Martchenko, et le gouverneur de la banque centrale, Kyrylo Chevtchenko, devraient s'entretenir avec, entre autres, des responsables financiers des pays du G7 et participer jeudi 21 avril à une table ronde sur l'Ukraine organisée par la Banque mondiale, ont ajouté les sources. Cet événement sera la première occasion pour les responsables ukrainiens de rencontrer en personne un grand nombre de responsables financiers des économies avancées depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Les retombées du conflit en Ukraine devraient dominer les réunions des hauts responsables des pays membres de la Banque mondiale et du FMI, ainsi que du G7 et du G20, la semaine prochaine, le FMI s'apprêtant à revoir à la baisse ses prévisions de croissance mondiale en raison de la guerre. La réunion de jeudi s'apparentera davantage une table ronde qu'à une conférence de donateurs, bien que le FMI et la Banque mondiale ont ouvert des comptes séparés pour pouvoir traiter et relayer les dons, et que de nouvelles promesses de dons doivent être annoncées la semaine prochaine.

Elle donnera également aux responsables l'occasion de discuter de la dévastation de l'Ukraine et des conséquences économiques de la guerre, ainsi que du fonctionnement continu du secteur bancaire et financier ukrainien. « Sans soutien maintenant, il n'y aura pas de reconstruction à l'avenir », a déclaré l'une des sources. La Banque mondiale n'a pas immédiatement fait de commentaire sur cet événement.

03h50 : Plus de 2 500 soldats ukrainiens morts depuis le début du conflit

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré vendredi soir sur CNN qu'entre 2 500 et 3 000 soldats ukrainiens étaient morts depuis le début du conflit entre la Russie et l'Ukraine, ajoutant que 10 000 autres avaient été blessés.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles