"Dire que Macron et Le Pen ça se vaut, c'est irresponsable", dénonce Marlène Schiappa

·1 min de lecture

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, n'a pas participé à la "marche des libertés" qui a rassemblé de nombreuses organisations de gauche samedi à Paris et ailleurs en France. Pour explique son absence, Marlène Schiappa a notamment mis en avant le discours de "certains partis de gauche" qui associent, selon elle, le gouvernement à l'extrême droite. "Quand on dit que Macron et Le Pen ça se vaut, c'est irresponsable", a-t-elle dénoncé dimanche dans Le Grand rendez-vous sur Europe 1.

>> Retrouvez le Grand Rendez-vous tous les dimanches de 10h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"Quant tout est extrême droite, plus rien n’est extrême droite"

La ministre déléguée a aussi souligné l'organisation samedi "d'un meeting autour de Laurent Saint-Martin (candidat LREM), prévu de longue date, pour les élections régionales" en Ile-de-France pour justifier son absence. Mais c'est plutôt la présence d'organisations que Marlène Schiappa considère "plutôt d'extrême gauche" qui a découragé sa venue. "Hier les mots d’ordre c’était 'on est contre l’extrême droite et tout ce qui ressemble à l’extrême droite'. Et quand on leur dit ‘oui, nous aussi, alors qu'est-ce que exactement l'extrême droite ?', en fait, on a une liste dans laquelle le gouvernement se retrouve", a-t-elle regretté.

"Quant tout est extrême droite, plus rien n’est extrême droite", a insisté Marlène Schiappa. "Quand on nous dit que lutter contre ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles