Le dircom des Républicains convoqué à un "entretien disciplinaire" après la diffusion de la caricature de Macron

Romain Herreros
Caricature d'Emmanuel Macron diffusée vendredi 10 mars par Les Républicains.

POLITIQUE - Lionel Moisy de Cala, directeur de la communication du parti Les Républicains, est sur la sellette. Après que François Fillon a dénoncé un dessin antisémite et réclamé des sanctions après la diffusion d'une caricature d'Emmanuel Macron, le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a annoncé ce dimanche avoir convoqué le "dircom" pour un "entretien disciplinaire".

Affirmant avoir fait procéder à "une enquête interne dans les meilleurs délais", le député-maire d'Annecy-le-Vieux fait savoir que des sanctions seront prises. "Conformément au code du Travail, le directeur de la communication sera convoqué prochainement dans le cadre d'un entretien disciplinaire. Plus que jamais, notre mouvement incarne autour de François Fillon les valeurs liées au gaullisme et au pacte républicain. Elles sont au fondement de notre idéal et de notre action politique", indique-t-il.

"Lamentable"

À l'AFP, une source au sein du parti a jugé "lamentable de la part de l'équipe Fillon de s'en prendre au directeur de la communication qui n'a rien à voir avec ce tweet". Toujours selon cette source, Lionel Moisy de Cala va injustement jouer le rôle de "fusible". Un avis qui n'est pas partagé dans l'équipe du candidat. "Dans n'importe quelle boîte c'est le directeur de la com' qui assumerait la responsabilité", rétorque au HuffPost un membre de l'équipe de François Fillon.

"C'était à lui de recadrer s'il estimait que le visuel sortait de la ligne. Certes le dessinateur a aussi une responsabilité, mais ce n'est pas lui qui appuie sur le bouton", poursuit-il.

Samedi, un cadre LR a expliqué au HuffPost que l'auteur du dessin, "Xav", collabore depuis plus de 20 ans avec le parti de du droite. "Même du temps du RPR", nous a-t-on fait savoir. À en croire ce responsable, "Xav" a été "très attristé de voir la polémique que son dessin a soulevé". "Il avait déjà représenté Macron en banquier, et c'est vrai que l'utilisation de sa caricature dans cet environnement graphique...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages