Diplomatie. L’Otan durcit le ton face à la Chine

·1 min de lecture

La déclaration adoptée lundi à Bruxelles à l’issue du sommet annuel de l’organisation transatlantique traduit les préoccupations des Alliés. La Chine est désormais leur rival le plus inquiétant après la Russie.

Les dirigeants de l’Otan ont averti, lors de leur sommet annuel à Bruxelles lundi 14 juin, que la Chine représentait un “défi systémique” pour l’ordre international, rapporte le Financial Times, qui y voit le “signe du malaise croissant de l’Occident face aux ambitions militaires de Pékin”.

L’édition européenne de Politico évoque “un langage remarquablement énergique”, dans le communiqué final, “pour décrire la Chine comme étant désormais leur rival le plus inquiétant après la Russie”. Il s’agit là d’un “changement d’orientation historique”, souligne l’article.

“Une victoire pour Joe Biden”

Cette mention est “une victoire” pour le président des États-Unis, Joe Biden, qui effectuait son premier voyage au sein d’une Alliance atlantique “en difficulté”, décrypte le Washington Post. “Il y a quelques années à peine, il n’était pratiquement jamais question de Pékin à l’Otan”, note le journal. “Il était même tabou d’aborder la question dans les couloirs, certains membres craignant que cela ne replonge les relations avec le pays dans le cadre de la rivalité entre superpuissances de l’époque de la guerre froide.”

Or, explique le quotidien américain, “la Chine est devenue plus agressive sur la scène mondiale et Washington est devenu plus belliqueux envers Pékin”. Durant ses quatre ans de présidence, Donald Trump a poussé l’Otan

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles