Diplomatie. Lors de son premier appel avec Poutine, Biden évoque les sujets qui fâchent

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Les dirigeants américain et russe se sont entretenus par téléphone, mardi, pour la première fois depuis l’investiture de Joe Biden. Selon la Maison-Blanche, ils ont évoqué le désarmement, mais aussi “Alexeï Navalny” et la récente cyberattaque géante aux États-Unis.

Le nouveau président américain, Joe Biden, a appelé mardi 26 janvier son homologue russe, Vladimir Poutine, “pour discuter d’une litanie de questions et pour l’avertir que l’Amérique se défendrait contre ‘les actions malveillantes de la Russie’”, écrit le Washington Post.

Lors de cette conversation téléphonique – la première depuis l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier – “les dirigeants des deux plus grandes puissances nucléaires du monde” ont convenu de prolonger le traité New Start, “un accord de l’ère Obama”, signé en 2010, “qui limite les arsenaux nucléaires stratégiques russes et américains à 1 550 ogives et bombes chacun”, explique le New York Times. “Il y avait un besoin immédiat” : le traité expire le 5 février. Lundi soir, les pays ont échangé des notes diplomatiques pour prolonger le traité de cinq ans, le maximum autorisé par le texte. L’extension “évite une course aux armements coûteuse”, constate le quotidien, soulagé.

“Virage”

Mais Joe Biden a aussi “confronté” son homologue au sujet de l’empoisonnement du leader de l’opposition russe Alexeï Navalny et la récente cyberattaque géante aux États-Unis, a déclaré la Maison-Blanche.

Un tournant, estime le New York Times, au regard de l’attitude de son prédécesseur, Donald Trump, “qui, au cours de ses quatre années au pouvoir, a traité le dirigeant russe avec une déférence remarquable”.

“L’appel était, en substance, l’acte d’ouverture de ce qui promet d

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :