Un diplomate américain en Ukraine livre un témoignage accablant pour Trump

AFP
Donald Trump, ici à côté de Mike Pompeo le 21 octobre à Whasington, est visé par le témoignage accablant d'un diplomate américain en Ukraine. 

INTERNATIONAL - Un diplomate américain en poste en Ukraine a livré ce mardi 22 octobre devant le Congrès un témoignage accablant accréditant l’idée que Donald Trump a utilisé la politique étrangère américaine à des fins politiques personnelles.

Les élus démocrates de la Chambre des représentants ont vu dans le récit de Bill Taylor, chargé d’affaires américain à Kiev, la preuve que les soupçons les ayant poussé à lancer une procédure en vue de la destitution du 45e président des États-Unis étaient fondés.

Lors d’une déclaration à huis clos, dont le contenu a rapidement fuité, ce diplomate de carrière a relaté comment le président de la première puissance mondiale avait essayé de faire pression sur l’Ukraine pour que ce pays enquête sur la famille de son rival démocrate Joe Biden à l’approche de l’élection de 2020. Et avait conditionné l’octroi d’une aide de Washington à Kiev à l’aboutissement de sa demande.

Le président américain avait-il senti venir cette déposition à haut risque? Quelques heures avant qu’elle ne démarre, il avait allumé un contre-feu et provoqué une vive polémique en comparant la procédure le visant à un “lynchage”, mot lourd de sens aux États-Unis, où il est associé aux meurtres de Noirs par des Blancs aux XIXe et XXe siècles, essentiellement dans le Sud.

Devant la Chambre des représentants, Bill Taylor, a relaté que Gordon Sondland, ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, lui avait clairement indiqué que le président américain avait lié le déblocage d’une aide à l’Ukraine à l’annonce par Kiev d’une enquête visant le fils de Joe Biden, qui fut au conseil d’administration d’une entreprise ukrainienne.

Gordon Sondland “m’a dit (..) que tout était lié à une telle annonce, y compris l’aide”, a-t-il raconté dans une longue déclaration de 15 pages qui a été publiée dans son intégralité par le Washington Post.

“L’ambassadeur Sondland a dit qu’il avait parlé au président ukrainien Volodymyr Zelensky (...) et lui avait dit que ‘même si ce n’est...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post