Le diplomate accusé de viol sur sa fille dénonce un complot

Il assure être victime d'une machination. Le numéro 3 du consulat français à Bangalore (sud de l'Inde), Pascal Mazurier, est accusé par sa femme, une Indienne, d'avoir violé leur petite fille àgée de 3 ans et demi. Alors que François Hollande se rendra dans le pays jeudi, Suja Jones, la femme du diplomate, a demandé à le rencontrer. Les avocats de Pascal Mazurier, Me Pierre-Olivier Sur et Me Clémence Witt ont, quant à eux, été reçus la semaine dernière par un conseiller de l'Elysée. Ils souhaitent attirer l'attention sur le sort des trois enfants du couple, tous de nationalité française, dont la mère a la garde, rapporte " Le Parisien ". Ils dénoncent par ailleurs une machination.

Tout commence le 14 juin 2012 lorsque l'épouse du diplomate français dépose plainte contre son mari. Elle le soupçonne d'avoir violé leur petite fille àgée de 3 ans et demi. Suja Jones se rend alors au commissariat et assure aux enquêteurs être rentrée chez elle et avoir retrouvé sa fille en pleurs et endolorie. La fillette est immédiatement conduite au Baptist Hospital de Bangalore pour des examens. Le médecin examine l'enfant et confirme le viol. Des traces de sperme aurait notamment été relevées. Pascal Mazurier est alors arrêté et emprisonné." Pré-constitution et manipulation des preuves commises par Suja Jones "Mais comme le note " Le Parisien ", en juillet, des analyses ADN ont montré que le sperme retrouvé sur la petite fille n'était pas celui de son père. Le mois dernier, d'autres analyses ont révélé que l'ADN de la fillette n'était présent sur aucun des prélèvements transmis à la justice par sa mère (culotte et drap). " Il y a désormais une certitude : la pré-constitution et la manipulation des preuves commises par Suja Jones ", déclarait la semaine dernière les avocats du diplomate. Ces derniers dénoncent " une instrumentalisation gravissime de la justice indienne qui donnera lieu au (...) Lire la suite sur elle.fr

Viol en Inde : le petit ami de la victime va témoigner
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.