Diminution du chômage: une "baisse en trompe-l'oeil" pour Marine Le Pen

La présidente du Front National Marine Le Pen à Senlis, le 23 octobre 2015

Marine Le Pen a estimé lundi que la diminution du nombre de demandeurs d'emploi en septembre était une "baisse en trompe-l'oeil" et qu'elle "n'empêchera(it) pas la tenue d'un vrai débat sur les choix économiques désastreux de l'UMP et du PS depuis des années".

Dans un communiqué, la présidente du Front national souligne par ailleurs que "les radiations administratives ont fait opportunément un bond de 25% en un mois, soit 43.000 personnes radiées sur les catégories" A, B et C.

"Les très rares facteurs positifs de croissance pour l?économie française (baisse de l?euro et baisse du pétrole) ne sont en effet aucunement liés à une quelconque action gouvernementale et peuvent se retourner à tout moment. Il n?y a donc pas de "reprise" au sens réel du terme. Le marasme est là, que paient d'ailleurs durement les séniors, alors qu'on réserve aux jeunes des emplois aidés chèrement financés par le contribuable et très précaires", ajoute-t-elle.

"La baisse en trompe-l??il des chiffres du chômage en septembre (en réalité, +1.800 demandeurs d?emplois inscrits en catégories A, B et C) n?empêchera pas la tenue d?un vrai débat sur les choix économiques désastreux de l?UMP et du PS pour la France depuis des années", affirme Mme Le Pen.

Le chômage a diminué en septembre de 0,7%, la plus forte baisse depuis fin 2007, pour s'établir à 3,55 millions de demandeurs d'emploi sans activité, une éclaircie qui profite avant tout aux jeunes (-2,6%).