En diminuant leur production de pétrole, les pays de l’Opep + vont “aider Moscou”

PHOTO / VLADIMIR SIMICEK / AFP

Pour The Wall Street Journal, il s’agit d’une décision “susceptible de faire grimper les prix mondiaux déjà élevés de l’énergie et d’aider la Russie, exportatrice de pétrole, à payer sa guerre en Ukraine”.

Mercredi 5 octobre, rapporte le quotidien américain, les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) “ont annoncé une forte réduction de la production de pétrole, à hauteur de 2 millions de barils par jour en moins, ce qui représente environ 2 % de la production mondiale”.

Une décision qui a été prise en accord avec d’autres pays alliés des 13 membres de l’Opep, réunis au sein d’une alliance nommée Opep +, dont fait partie la Russie.

Les effets de ces mesures pour Moscou sont justement au cœur de l’analyse du quotidien économique, qui explique que, selon les experts, “cette décision serait une grande victoire pour la Russie, qui a perdu environ 1 million de barils par jour de production de pétrole depuis le début de la guerre, en février”.

Le Kremlin devrait en effet voir les profits de ses exportations augmenter, dans un contexte où le pouvoir russe est menacé par “la perspective d’un embargo de l’Union européenne sur le pétrole et le plafonnement des prix de celui-ci décidé par le G7”.

Une décision qui “déçoit” Joe Biden

En privé, certains délégués de l’Opep + auraient d’ailleurs confirmé au Wall Street Journal que cette diminution de la production permettrait de compenser la perte de parts de marché de la Russie. Mieux, les délégués auraient reconnu que cette décision “représentait un effort sans précédent de la part des plus grands producteurs de pétrole pour aider ensemble la Russie, aux prises avec les problèmes économiques et politiques causés par la guerre en Ukraine”.

Une mesure qui, évidemment, arrange aussi les pétromonarchies de l’Opep, mais qui déplaît fortement aux États-Unis. Et en effet, nous apprend le site du journal américain The Hill, à travers un communiqué, la Maison-Blanche a déjà fait savoir que Joe Biden était “déçu” par une décision “qui aura un impact très négatif sur les pays à moyen et bas revenus, qui souffrent déjà des prix élevés de l’énergie”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :