Dijon : micmac autour d’un concert interrompu par la police

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Deux versions des faits s'opposent. (Photo d'illustration)
Deux versions des faits s'opposent. (Photo d'illustration)

« Encore une fois, la répression de l'État policier est à l'?uvre. [?] Le gouvernement semble vouloir en finir avec toute initiative culturelle. » Dans un message cinglant, publié sur Facebook, les représentants de l'espace autogéré des Tanneries, à Dijon (Côte-d'Or), font part de leur colère. Comme le relatent France Bleu et Le Bien public, un concert considéré comme illégal, organisé dans ce lieu samedi 13 mars, a été interrompu par la police.

Sur place, les forces de l'ordre ont verbalisé une dizaine de personnes, dont quatre musiciens, avec des amendes de 135 ou 500 euros, fait savoir la préfecture dans un communiqué relayé par les médias locaux. « L'attention des services de police avait été appelée dans le courant de l'après-midi par les allées et venues aux abords de cette salle de spectacle, normalement fermée au public en raison de la situation sanitaire », explique l'administration.

Deux versions des faits

« Le préfet adressera aux responsables de la salle une mise en demeure de se conformer à la réglementation, dont le non-respect conduira à une fermeture administrative de l'établissement et donc à l'impossibilité d'y réaliser les activités qui demeurent autorisées lorsqu'elles s'exercent dans un strict cadre professionnel et hors public », ajoute la préfecture. Les autorités condamnent au passage « l'organisation irrégulière et irresponsable de ce concert, dont les conséquences sanitaires pour les participants, leurs proches et l'ensemble de la po [...] Lire la suite