"Mon coeur de maman concernée se déchire autant qu’il se répare" : diffusé sur France 2, le film "T’en fais pas, j’suis là" sur la question de l’autisme de l’enfant émeut et divise les internautes

·2 min de lecture
Ce lundi 26 octobre, France 2 diffusait une grande soirée consacrée à la question de l'autisme chez l'enfant.
Ce lundi 26 octobre, France 2 diffusait une grande soirée consacrée à la question de l'autisme chez l'enfant.

Ce lundi 26 octobre, France 2 consacre une soirée à l’autisme de l’enfant en diffusant un téléfilm, “T’en fais pas, j’suis là” puis un débat animé par Julian Bugier. Si la fiction montre de vrais moments tendres qui ont touché les téléspectateurs, elle met aussi la lumière sur la solitude de parents face au handicap : des moments plus compliqués qui n’ont pas été toujours bien perçus par les internautes.

Chaque année, en France, près de 8000 enfants naissent atteints de troubles autistiques. C’est le quotidien de ces parents qu’a souhaité aborder Samuel Le Bihan, lui-même père d’un enfant autiste, dans “T’en fais pas, j’suis là”. Le téléfilm retrace l’histoire de Jonathan, un avocat d’affaires et père, absent, de Gabriel, un enfant atteint d’une forme lourde d’autisme de 12 ans. Sans tomber dans la larmoyance, la fiction réalisée par Pierre Isoard montre de véritables moments drôles et tendres dans le quotidien de parents confrontés au handicap.

“Trop beau et bien trop dur”

Le film met également l’accent sur la place et le vécu d’un père, égoïste et accaparé par son travail : un point de vue plus délicat à retranscrire dans un film et des moments plus compliqués à regarder pour certains internautes.