La difficile réconciliation d’Emmanuel Macron avec les maires de France

·1 min de lecture

Emmanuel Macron recevra en fin d’après-midi un millier de maires dans les salons de l’Elysée. Et le lendemain, il ira prononcer un discours en clôture du Congrès annuel des Maires.

Opération commando : le chef de l’Etat et La République en Marche ne jurent plus que par les maires, ces temps-ci. On leur offre des petits fours, on les fait cajoler par les ministres, on envoie même en province, à plusieurs reprises, le Premier ministre qui dit apprécier par-dessus tout de se retrouver sur le terrain (et donc, si on comprend bien, de sortir de Matignon). Tout cela est transparent : nous sommes à quelques petits mois de l’élection présidentielle, à un moment où il faut se montrer proche de la vraie France, et accessoirement à un moment où les maires et les conseillers municipaux vont être sollicités pour donner leur parrainage aux futurs candidats. Eh oui, cette danse de la séduction devant les élus locaux est pleine d’arrière-pensées.

Il faut dire que la relation d’Emmanuel Macron avec les maires n’a pas été de tout repos, pendant le quinquennat.

Le mieux, pour s’en rendre compte, c’est de prendre comme thermomètre ce Congrès des Maires de France qui se déroule en ce moment à Paris. La première fois que le Président de la République s’y est rendu, 6 mois après son élection, en 2017, il a été sifflé. L’année suivante, il a refusé d’y retourner, préférant faire venir à lui une imposante délégation d’élus en goguette à l’Elysée. A cette époque, les relations étaient non pas glaciale...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles