Le difficile décompte des victimes du Covid-19

SOPHIE RODRIGUEZ / DIVERGENCE

Combien le coronavirus a-t-il fait de victimes à lui seul ? La réponse à cette question simple n'est pas évidente. En explorant les chiffres, les épidémiologistes débusquent de fortes inégalités, liées à des réalités sociales cachées.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°211 daté octobre/ décembre 2022.

En juillet dernier, l'agence nationale Santé publique France indiquait que la barre des 150.000 décès liés au Covid-19 venait d'être franchie. Elle précisait que ce chiffre correspondait au "nombre total de personnes avec un diagnostic de Covid-19 décédées depuis le début de l'épidémie à l'hôpital ou en établissement social et médicosocial sur le territoire français."

Mais un tel décompte ne dit pas tout. En premier lieu, il ne détaille pas les comorbidités. "Lorsqu'un patient arrive à l'hôpital avec le Covid-19 et y décède, indiquer 'Covid-19' pour seule cause de la mort ne suffit pas. Si cette personne a 85 ans, des maladies cardiovasculaires et un diabète, il faut prendre en compte ces pathologies qui ont joué un rôle", souligne l'épidémiologiste Cyrille Delpierre, du Centre d'épidémiologie et de recherche en santé des populations de l'Inserm à Toulouse. Autrement dit, enregistrer 150.000 morts avec la mention Covid-19 ne signifie pas que ce virus est le seul responsable de ces morts. Alors, combien le Covid-19 a-t-il réellement fait de victimes à lui seul ?

Pour tenter de le savoir, il faut revenir à la source des chiffres de la mort. Selon l'Insee, il y a eu en France depuis 2015, hors épidémie, environ 600.000 décès annuels, toutes causes confondues. Une comptabilité rendue possible grâce au certificat de décès. Ce document, obligatoirement rédigé par un médecin dans les 24 heures suivant la mort, est divisé en deux parties : un volet administratif, qui comporte les informations relevant de l'état civil et les modalités funéraires (mise en bière, demande d'autopsie si nécessaire… ) ; et un volet médical, confidentiel et cacheté, où le médecin indique les causes identifiées du décès. Par exemple : hémorragie tumorale, cancer ORL, infection par Covid-19. Ce volet est transmis au CépiDc (Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès), une unité [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi