Dieux, temples et Etrusques: Nîmes joue à fond la carte de l'Antiquité

La réouverture d'un temple romain iconique, des spectacles populaires dans les arènes et une vaste exposition sur les Etrusques: Nîmes (sud de la France) met l'accent sur son riche patrimoine antique, avec l'espoir d'enfin décrocher une reconnaissance de l'Unesco.

Ancienne colonie romaine qui connut son apogée il y a deux millénaire sous Auguste, le premier des empereurs de Rome, Nîmes alors appelée "Colonia Augusta Nemausus" était un carrefour commercial et culturel important, à mi-chemin entre Rome et l'Espagne.

Vingt siècles plus tard, les façades blanches agrémentées de hautes colonnes de la "Maison Carrée" resplendissent toujours sous le soleil du Midi, dans une zone semi-piétonne.

"La Maison carrée de Nîmes, édifiée au début du Ier siècle de notre ère, représente l’une des plus anciennes expressions, et parmi les mieux conservées, d’un temple romain consacré au culte impérial", soulignait en janvier Roselyne Bachelot, alors ministre française de la Culture, en annonçant sa candidature à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

Le haut bâtiment "a été utilisé tout au long de ses 2.000 ans d'existence, comme temple dédié à Auguste, puis comme maison particulière, église, couvent et même écurie, grenier à blé et musée. C'est cette occupation permanente qui explique son état de conservation exceptionnel", explique Valérie Espin, responsable de ce site au sein de la société privée Edeiss, qui a récemment repris la gestion, la valorisation et l'exploitation commerciale du patrimoine antique de Nîmes

Fermée pour rénovation pendant huit mois, sa "cella", grande salle qui abritait la statue de la divinité, aujourd’hui disparue, a rouvert au public cet été.

"Cette Maison Carrée, c'est un peu une icône, on y est très attachés, tout comme à l'amphithéâtre (les arènes), le temple dit +de Diane+, la tour Magne, également romaine, la porte Auguste, la porte de France...", explique Mary Bourgade, adjointe au maire chargée du patrimoine antique.

- Nouvelle candidature à l'Unesco -

Contrairement à sa voisine Arles, qui a aussi un amphithéâtre romain ainsi que des thermes et un théâtre antique, ou à l'aqueduc du Pont du Gard, Nîmes a raté le coche d'une reconnaissance par l'Unesco il y a une quarantaine d'années.

En 2018, Nîmes a fini par présenter ses attraits à l'agence spécialisée de l'ONU, espérant la reconnaissance du caractère exceptionnel de l'ensemble de ses sites romains. Mais la décision a été "différée", les experts du Conseil International des monuments et des sites (Icomos) n'ayant pas apprécié la présence à proximité immédiate de monuments modernes, comme le Musée de la Romanité à l'architecture controversée.

Recentrée sur la Maison Carrée, une nouvelle candidature de Nîmes sera en principe examinée l'an prochain, lors de la 46e session du Comité du patrimoine mondial de l'Unesco, à condition que les difficultés diplomatiques liées à la guerre en Ukraine ne viennent pas bousculer le calendrier.

Un expert de l'Icomos est en tous cas attendu à Nîmes "pendant la première quinzaine de septembre", selon Mme Bourgade, pour une visite de trois jours qui pourrait être déterminante.

- Spectacles aux arènes -

Deux mille ans après les combats de gladiateurs et quelques semaines après des concerts à guichets fermés de Stromae ou de Sting, les arènes, d'une capacité de 13.000 places, devraient être à nouveau remplies pour un spectacle de reconstitution historique grand public intitulé "Nîmes, Cité des dieux", programmé du 8 au 15 août.

Le Musée de la Romanité présente lui jusqu'au 23 octobre une importante exposition sur la civilisation étrusque, qui occupa le centre de l'Italie avant que la puissance de Rome ne prenne son essor.

Si elle n'a "laissé que des vestiges très discrets, essentiellement des nécropoles souterraines", la civilisation étrusque a également légué à Rome un héritage fécond, notamment sur le plan religieux, souligne une des guide-conférencières du musée, Léa Flori, mais aussi des bijoux, des fresques, des urnes et des vases.

siu/iw/pb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles