"On est un diesel" : Emmanuel Macron parle cash chez Nikos Aliagas

·1 min de lecture

Interviewé par Nikos Aliagas, pour une diffusion mercredi 24 mars sur la chaîne de télévision publique grecque ERT, Emmanuel Macron est revenu sur la campagne de vaccination européenne. Le chef d'État français a reconnu que cette dernière a démarré "lentement", mais "va loin". "On est en train de rattraper. On est un peu un diesel. On ne peut plus trop parler dans les temps qui courent de ces moteurs, mais ça démarre lentement et ça va loin", a déclaré l'époux de Brigitte Macron, comme l'écrivent nos confrères de Sud Ouest.

Face à l'augmentation des courbes, le gouvernement décidait récemment de serrer la vis, en annonçant un troisième confinement. Mais aujourd'hui, le président de la République, dont la stratégie est loin de faire l'unanimité, semble agréablement surpris par l'évolution de cette campagne de vaccination. Il reconnaît n'avoir pas "pensé que ça irait aussi vite". Il admet néanmoins avoir aujourd'hui quelques regrets évoquant un certain manque d'ambition.

Emmanuel Macron prend pour cela l'exemple américain. En effet, outre-Atlantique, depuis que la vaccination contre le Covid-19 a démarré, avec trois vaccins autorisés, le rythme est spectaculaire avec une moyenne de 2,49 millions de doses injectées par jour. Le pays a pu ainsi déjà injecter une dose à un quart de sa population adulte, et dépasse ainsi ses objectifs fixés. "Les Américains ont eu un mérite dès l’été 2020, ils ont dit : + on met le paquet et on y va +. Et donc ils ont plus (de vaccins). Ils ont eu plus (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Ingrid Chauvin livre un message bouleversant « à toi Jade jamais aussi présente... »
Le claveciniste François Grenier s'est suicidé : il ne supportait plus l'annulation des concerts
PHOTO - La princesse Eugénie dévoile une nouvelle photo de son bébé : un détail attendrit les fans
"Macron parie sur la vie des gens" : la stratégie du président étrillée
VIDÉO - "On marche sur la tête depuis le début" : Ivan Rioufol à bout chez Pascal Praud