Diego, la tortue qui a sauvé son espèce, prend sa retraite

La vie de Diego, c’est une histoire de tortue peu banale. Qui passe un cap d'importance cette semaine : le parc national des îles de Galápagos annonce que le reptile chenu part à la retraite après avoir sauvé son espèce. De quelle manière ? On rembobine les épisodes précédents...

Une vie dans la luxure

1976, les tortues de l'île Española (sur l'archipel des Galápagos, Equateur) sont au bord de l’extinction. Sur ce bout de terre en plein océan Pacifique, on ne compte plus que 14 membres de Chelonoidis hoodensis, des tortues géantes. Il faut à tout prix repeupler la population. On fait alors appel à Diego, une fière tortue d’un peu moins de 100 ans. La mission de Diego ? Faire beaucoup de bébés, le plus rapidement possible.

Le quadripède n'a pas été choisi au hasard. Il s’est déjà fait un nom au zoo de San Diego (Etats-Unis) et est connu pour sa libido phénoménale. Tous les espoirs des chercheurs reposent donc sur lui. 40 ans plus tard, ils n'ont pas été déçus. Diego a eu 800 bébés et cette espèce compte maintenant 2000 membres. Il a, à lui tout seul, sauvé les siens. Bravo l'artiste.

Une espèce sauvée, un Diego reposé

Aujourd'hui, la population en tortues de l'île Española ne sont plus en danger : "Sur base des résultats du dernier recensement effectué fin 2019 et de toutes les données disponibles depuis 1960, nous avons développé des modèles mathématiques avec différents scénarios possibles. Dans l'ensemble, la conclusion a été que l'île dispose de conditions suffisantes pour maintenir une population stable de tortues pour les cent prochaines années", explique Le Giant Tortoise Restoration Initiative, en charge de la protection des tortues géantes.

Les chercheurs n'ont donc plus besoin de Diego. 80 ans après avoir été mis en captivité, il retrouve la liberté et les siens. À 130 ans, la tortue va pouvoir vivre une longue et heureuse retraite sur l'île Española. Sans plus s'astreindre à des cadences infernales.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi