Diego Maradona a agonisé, "abandonné à son sort", selon un rapport d'experts

·2 min de lecture

Un rapport d'experts rendu public vendredi indique que Diego Maradona, décédé le 25 novembre 2020, a été "abandonné à son sort" par l'équipe soignante qui l'entourait peu avant sa mort.

La légende du football argentin Diego Maradona a été "abandonné à son sort" par l'équipe soignante qui l'entourait peu avant sa mort, lui prodiguant un traitement "inadéquat, déficient et imprudent" conduisant à une lente agonie, a fustigé un rapport d'experts rendu public vendredi. Dans un document de 70 pages, la commission médicale chargée d'enquêter à la demande de la justice sur les dernières heures de la star argentine, a déterminé que Diego Maradona "a commencé à mourir au moins 12 heures avant" d'être retrouvé sans vie et a enduré une "période d'agonie prolongée".

Lire aussi : Maradona, les derniers jours

Le rapport indique encore que "les signes de danger de mort qu'il présentait ont été ignorés" et que les soins infirmiers prodigués sont "entachés de déficiences et d'irrégularités".

Le parquet a ouvert une enquête qui cherche à déterminer une éventuelle négligence ou imprudence dans les traitements médicaux administrés au N.10 argentin, décédé d'un problème cardiaque le 25 novembre 2020 à l'âge de 60 ans, seul dans sa résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires.

Les déclarations de deux des cinq filles de l'ex-capitaine de l'équipe argentine, Gianinna (31 ans) et Jana (24 ans), qui pointaient le neurochirurgien Leopoldo Luque comme responsable de la détérioration de l'état de santé de leur père, avaient déclenché la procédure judiciaire.

Il "aurait eu de meilleures chances de survie" dans un centre de soins approprié et polyvalent

La commission médicale de vingt experts, dont les médecins légistes qui ont pratiqué l'autopsie et des spécialistes de diverses disciplines médicales, conclut que l'ancien champion du monde "aurait eu de meilleures chances de survie" s'il avait été hospitalisé dans un centre de soins(...)


Lire la suite sur Paris Match