Die Hard belle journée pour mourir (W9) : qui est Yuliya Snigir, la révélation féminine du film ?

·1 min de lecture

C'est entendu, tout le monde le sait, Die Hard, c'est surtout et avant tout Bruce Willis, alias John McClane, le héros increvable de la saga. Et pourtant, l'acteur a failli rater le rôle. Piège de cristal, le tout premier Die Hard, a finalement cartonné et le cri de victoire de McClane, le fameux Yippee-ki-yay, est devenue une marque de fabrique. Pour le deuxième volet, 58 minutes pour vivre (1990), un détail a chiffonné le comédien, mais l'efficacité est toujours au rendez-vous, avec une terrible prise d'otage dans l'aéroport de Washington. En 1995, Une journée en enfer s'apparente à un explosif jeu du chat et de la souris. Deux autres films suivront, moins convaincants mais toujours menés par l’inoxydable Bruce Willis : Die Hard 4 - Retour en enfer (2007) et Die Hard : belle journée pour mourir (2013). Un cinquième volet qui voit notre héros partir en Russie, à la poursuite de son fils (incarné par Jai Courtney) et sur la piste des meurtriers d'un lanceur d'alerte.

Aux côtés des McClane père et fils, une jeune comédienne se distingue dans le rôle d'Irina Komarov, la fille du lanceur d'alerte, tué dans l'explosion d'une bombe alors qu'il s'apprêtait à témoigner sur des accusations de corruption au plus haut niveau. Un rôle tenu par la jeune Yuliya Snigir, actrice et modèle russe. D'abord professeur d'anglais dans une garderie, elle est repérée par une agence de mannequin. Après avoir été présentatrice sur une chaîne locale de Saint-Pétersbourg, elle figure au casting du téléfilm (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

François Berléand revient sur son coup de foudre pour Nicole Garcia, vécu comme "un coup de poignard" pour sa femme et ses enfants
"C'est une mascarade" : Saïd Taghmaoui se confie sur le succès du film La Haine et règle ses comptes avec Mathieu Kassovitz
"On a été hyper lourdes" : Audrey Lamy se souvient du jour où elle a rencontré Brad Pitt avec sa soeur Alexandra Lamy (VIDEO)
Un condé (Arte) : pourquoi le film a failli être interdit à sa sortie ?
Mary Shelley (Ciné + émotion) : la mère tourmentée de Frankenstein

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles