Le directeur des hôpitaux de Marseille menacé après la mise à la retraite de Didier Raoult

·3 min de lecture
Photo d'illustration

Le domicile supposé de François Crémieux a été la cible de manifestants samedi, lors des rassemblements contre le pass sanitaire.

Mis à la retraite depuis le 31 août, Didier Raoult continue à faire parler de lui indirectement. Samedi, en marge des manifestations contre le pass sanitaire à Marseille, le domicile supposé du nouveau directeur de l'AP-HM, François Crémieux a été la cible de tags haineux. 

"Collabo", "fdp", "crémieux dégage" ont notamment tagué les manifestants sur la porte d'un immeuble de la cité phocéenne, qui serait en réalité celui d'un homonyme, assure Le Figaro.

"Je serais plus inquiet pour lui que pour moi"

À l'origine de ce déferlement de haine, les "propos tenus par Didier Raoult lors de l'émission de lundi de Touche Pas à Mon Poste de Cyril Hanouna. Monsieur Raoult a eu des propos menaçants envers le directeur de l'AP-HM, ce qu'ont pris comme prétexte ces manifestants. C'est une façon pour eux de manifester leur soutien à Didier Raoult", assure une source proche du dossier au Figaro.

Invité de TPMP le 30 août, Didier Raoult s'était exprimé sur l'arrivée de François Crémieux au poste de directeur de l'AP-HM et sa volonté de "tourner la page" avec la mise à la retraite du professeur. "Des gens qui sont passés et qui s'imaginaient qu'ils allaient dicter leur loi, j'en ai vu passer. J'ai survécu très facilement. Je serais plus inquiet pour le DG (directeur général) si vous venez à Marseille, je serais plus inquiet pour lui que pour moi. Il devrait se calmer parce que les Marseillais... J'ai testé un quart de la population marseillaise à l'IHU. Ça laisse des traces", avait alors lancé Didier Raoult.

Des soignants menacés depuis plusieurs mois

Des menaces à peine voilées contre le directeur de l'AP-HM qui sont alors dénoncées par plusieurs médecins. 

À LIRE AUSSI>> Covid-19 : ces médecins en première ligne qui reçoivent des menaces de mort

Des propos qui auraient donc pu inciter certains manifestants à passer à l'acte, samedi 4 septembre à Marseille. Depuis plusieurs semaines, des manifestants se réunissent devant l'IHU pour crier leur soutien à Didier Raoult, scandant son nom à plusieurs reprises.

Depuis le début de la pandémie, plusieurs médecins ont été la cible de menaces sur les réseaux sociaux pour leur prise de position, dont Karine Lacombe ou encore Jérôme Marty.

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles