Didier Raoult réagit à sa prochaine comparution devant l'Ordre des médecins

Clément Boutin
·2 min de lecture
Le professeur Didier Raoult.  - Didier Raoult
Le professeur Didier Raoult. - Didier Raoult

Le professeur Didier Raoult a réagi, mardi, dans une vidéo, à sa future comparution devant les instances disciplinaires de l'Ordre des médecins, après le dépôt d'une plainte en juillet dernier de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF). L'association accusait le médecin de manquement au devoir de confraternité et utilisation de traitements non validés, rapporte l'Agence France-Presse (AFP).

Interrogé sur YouTube (entre 8' et 16') lors d'un bulletin d'information de l'IHU Méditerranée Infection, qu'il dirige, Didier Raoult a expliqué que l'origine de la procédure est "multifactorielle". Il a pointé, dans un premier temps, "un combat qui s'est dressé à Marseille entre les non-universitaires et les universitaires".

https://www.youtube.com/embed/hxrMT6NhlpQ?rel=0

Il a affirmé, ensuite, que "parmi les gens qui ont porté plainte", beaucoup "ont été très vexés que l'on dise que leur financement par Gilead avait influencé leur jugement". Le professeur a désigné la SPILF "qui est très financée par Gilead et qui n'accepte pas qu'on dise que c'est un conflit d'intérêt". Le président de la SPILF avait réagi, en septembre, à cette accusation, expliquant que les liens entre médecins et laboratoires sont nécessaires à la recherche.

"Ceux qui les représentent ne sont pas les institutions"

Didier Raoult a ensuite pointé du doigt "les gens qui pensent avoir le pouvoir et l'autorité scientifique".

"Le président du Conseil de l'Ordre ne détient pas la vérité scientifique. Il détient un pouvoir de décision et éventuellement un pouvoir de nuisance. Ces gens-là changement régulièrement. L'ancien président du Conseil de l'Ordre à Marseille était un ami, cette histoire aurait été classée sans suite. Tout ça ne dépend pas de moi mais des gens qui ont été élus, qui aiment ce que je suis ou qui n'aiment pas ce que je suis. Je suis la quintessence de l'universitaire. Pour l'instant, ce n'est pas très aimé par ce conseil", s'est-il justifié.

Le médecin est également revenu sur les critiques l'accusant de ne pas avoir une approche scientifique. Il a mis en avant son parcours et les différents ouvrages qu'il a rédigés, assurant être "le plus cité en Europe sur les maladies infectieuses et la microbiologie depuis plus de 20 ans" et le deuxième "plus cité sur les sciences en France".

"Dire que j'ai une approche qui n'est pas scientifique c'est ridicule à un point qui est difficile à tenir. Il faut que les choses suivent leurs cours. Les institutions sont les institutions, ceux qui les représentent ne sont pas les institutions", a-t-il ajouté.

Didier Raoult a affirmé qu'il ne fait que "transmettre les résultats de [sa] connaissance", ce qui est "[son] droit et [son] devoir" en tant qu'universitaire. "Je souhaite que tout ça se termine le plus simplement du monde", a-t-il conclu.

Article original publié sur BFMTV.com