Didier Pittet : "La vaccination va nous aider à descendre de ce haut plateau de contaminations"

·1 min de lecture

Auteur du récent Vaincre les épidémies (Hugo et Cie), Didier Pittet, médecin épidémiologiste et hygiéniste suisse, célèbre pour avoir co-inventé le gel hydroalcoolique, dont il est l'infatigable promoteur, achève une mission sur l'évaluation de la gestion sanitaire, sociale et économique de la crise en France durant les deux premières vagues. Son rapport sera remis dans quelques jours à Emmanuel Macron. Il répond au JDD sur l'état sanitaire du pays et sur le calendrier de déconfinement annoncé par le chef de l'Etat.

Comment analysez-vous la situation de l'épidémie en France?
Le pays se trouve toujours sur un plateau élevé. Ça s'explique par le choix qui a été fait pendant la deuxième vague d'arbitrer en faveur de critères sociaux, psychologiques et économiques, de miser sur le couvre-feu, de laisser les écoles ouvertes – elles ne sont pas des foyers de surcontamination mais leur fréquentation nourrit les échanges sociaux. Du fait de ce haut plateau, il y a un risque de quatrième vague, même en été. Si la population se relâche trop, si le respect des mesures barrière chute, le rebond sera plus rapide. Avec toujours une vigilance sur la saturation en réanimation : le taux d'hospitalisation et la protection des systèmes de santé restent les critères clés. Les vaccins vont faire des miracles mais pas tout de suite. Car en ajoutant le nombre de personnes infectées et vaccinées, qui ont acquis une immunité naturelle ou vaccinale, on n'atteint pas 30% de la population en moyenne, ...


Lire la suite sur LeJDD