Didier Pittet au JDD : "La France a corrigé certaines erreurs entre les deux premières vagues"

·1 min de lecture

Dans leur rapport rendu public mardi, l'équipe de chercheurs chargée par Emmanuel Macron il y a près d'un an d'évaluer la gestion de la pandémie en dresse le bilan le plus complet à ce jour, balayant les champs sanitaire, économique et social. Ce travail, nourri de comparaisons internationales, fourmillant de données inédites, esquisse un tableau au scalpel – mais nuancé – des forces et faiblesses hexagonales, et propose plusieurs pistes de réformes structurelles. Le Président, attendu lundi à l'Assemblée mondiale de la santé, entend faire de la France, selon l'Élysée, "un des pays pilotes d'un exercice de revue par les pairs, justement, de nos systèmes d'alerte et de préparation aux pandémies". Pour l'épidémiologiste et spécialiste de la prévention des infections Didier Pittet, le médecin suisse qui a piloté les investigations de ces experts indépendants, la mortalité constitue l'indicateur le plus pertinent pour mesurer l'ampleur de la tragédie.

Pourquoi avez-vous privilégié l'étude de la mortalité pour évaluer la gestion de la crise sanitaire?
Le nombre de cas de Covid-19 reflète en partie les capacités des pays à tester ; celui des hospitalisations est lié aux dimensions du système de santé. Nous avons préféré évaluer l'excès de mortalité. En pondérant par la démographie de chaque État – un pays vieillissant est forcément plus touché par une maladie qui frappe les personnes âgées –, on obtient un indice pertinent qui facilite l'exercice de comparaison.

Comment la France...


Lire la suite sur LeJDD