Didier Deschamps s'exprime pour la première fois depuis l'élimination à l'Euro

·3 min de lecture
Didier Deschamps, ici après le match France-Suisse à l'Euro, à Bucarest en Roumanie, le 28 juin 2021. (Photo: Daniel Mihailescu - Pool via Getty Images)
Didier Deschamps, ici après le match France-Suisse à l'Euro, à Bucarest en Roumanie, le 28 juin 2021. (Photo: Daniel Mihailescu - Pool via Getty Images)

FOOTBALL - “Ce n’est pas le meilleur été que j’ai passé, évidemment.” Didier Deschamps s’est exprimé pour la première fois dans la presse depuis l’élimination de l’équipe de France en huitième de finale de l’Euro, le 28 juin, face à la Suisse.

Dans une interview à L’Équipe ce vendredi 20 août, le sélectionneur des Bleus n’élude aucune question, que ce soit sur le scénario rocambolesque du match face aux Suisses, sa part de responsabilité sur le tournoi, ses choix tactiques, son rappel de Karim Benzema ou son avenir à la tête de l’équipe de France.

Comment il a vécu l’élimination face à la Suisse

“Le plus dur à digérer -et je l’ai digéré aujourd’hui-, c’est de savoir ce qu’on est capables de faire et de constater ce qu’on a fait. Et, je vais vous le répéter pendant cet entretien, d’être à 3-1 à la 80e minute contre la Suisse et de voir ce qui s’est passé après...”

Sa responsabilité

“Je n’ai pas envie de chercher des excuses. Je sais que je suis le seul responsable. Ma fonction veut ça. Je l’assume. (...) Encore une fois, c’est ma responsabilité. Le choix tactique de départ (contre la Suisse) ne fonctionne pas.”

Ce que l’équipe de France a perdu depuis le Mondial-2018

“La solidité défensive. On a gardé notre efficacité offensive mais il faut aussi être capables de garder cet équilibre entre l’animation avec le ballon et basculer quand on le perd.”

Ce qu’il pense de son schéma tactique

“Je voulais qu’on essaye d’être un peu plus brillants en sachant qu’on allait être moins solides. À l’arrivée, il vaut peut-être mieux être un peu moins brillants, mais plus solides. (...)

J’ai conscience que c’était mon idée de départ. Même si je considère que l’option plus offensive, d’une attaque à quatre, était valable, j’ai eu la confirmation, comme j’en avais la conviction avant, que c’était faisable sur 30 minutes ou une mi-temps, mais que sur tout un match, face à un adversaire capable de tenir le ballon, c’est beaucoup plus compliqué.”

Karim Benzema

“Tout ce qu’il devait faire, il l’a très bien fait. Après (contre la Suisse), j’ai été amené à modifier l’équipe pour différentes raisons. Je sais que ce n’est pas l’idéal. (...)

Non, je n’étais pas prisonnier du rappel de Karim Benzema. Avant d’acter son retour, j’ai eu le temps de réfléchir aux options différentes.”

Kylian Mbappé

“Il avait la détermination et les très bonnes intentions qu’il fallait. Mais il n’a pas eu l’efficacité souhaitée, et qu’il souhaitait lui-même, même s’il a été impliqué sur cinq de nos sept buts. Après, sur le débat de le sortir ou non en cours de match, c’est toujours le dilemme avec un joueur comme lui: on parle d’un joueur capable de faire la différence à tout moment, même quand il est moins bien. Comme en Croatie (en Ligue des nations le 14 octobre 2020, NDLR), où il n’est pas au mieux de sa forme, mais qu’il nous fait gagner.”

Son futur à la tête des Bleus

“Je ne veux pas continuer pour continuer. (...) Je veux continuer parce que mon envie et ma détermination sont intactes, parce que je connais bien ce groupe et que je suis convaincu qu’il peut faire de belles choses.”

À voir également sur Le HuffPost: France-Hongrie en pleine crise avec Orban? Deschamps pas déstabilisé

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles