"Ceux d'ici ne savent pas" : Heather Young et les mensonges du désert

·1 min de lecture

"Le corps d'un homme cela met plus de temps à brûler." Quelle audace que cette petite phrase placée là en fin de chapitre, comme si de rien n'était. Aux antipodes de la manière dont l'auteure choisit par la suite de raconter cette histoire. Avec beaucoup de délicatesse et de subtilité. Et cette histoire, la voilà : un professeur de mathématiques échoue dans un collège modeste à Lovelock, au milieu d'un désert si vaste qu'il s'étend sur trois Etats. Qui échoue parce que l'homme enseignait avant à l'université du Nevada. De quoi surprendre et intriguer.

Le jour de sa disparition - ou de ce retard, comme il sera vécu dans les premières heures de son absence - personne ne s'inquiète véritablement. Adam Merkel n'a jamais fait cela par le passé, il doit y avoir une explication logique et valable.

Chez les laissés-pour-compte

Jusqu'au moment où plus tard, dans cette même journée, le shérif Bill Waterly leur annonce que l'on a découvert un corps là-haut près de Marzen, un bled encore plus paumé que Lovelock où personne jamais ne met les pieds. Mort, c'est une chose mais en plus calciné - ouah, là on baigne dans le film gore. Mais ce n'est pas fini. Nora Wheaton qui enseigne aussi au collège remarque que le décès de son collègue est survenu le 14 mars. Une date mémorable dans sa vie personnelle, celle de la disparition de son frère Jeremy lorsque leur père, ivre mort, était allé s'encastrer dans la glissière de sécurité du pont de la I-95, tuant son fils sur le coup. L'intrigue est la...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles