Les diasporas africaines veulent peser sur le scrutin

Libération.fr
L’inamovible président congolais, Denis Sassou-Nguesso, au Maroc, le 16 novembre dernier. Sa personne concentre les dénonciations du «système de la Françafrique».

Interpellations des électeurs dans le métro, lettre ouverte aux candidats, ou courriels envoyés aux binationaux : les opposants africains sont bien décidés à utiliser leurs votes «comme une arme» et de sanctionner les candidats soupçonnés de se montrer trop complaisants face aux dictateurs.

«Bonjour mesdames, messieurs, j’ai un message à faire passer par rapport aux élections en France» : sur la ligne 14, ce matin-là, la voix de Donald tente de couvrir le bruit du métro parisien. Habitués aux sollicitations d’orateurs improvisés, les passagers restent stoïques, voire piquent du nez.

Pourtant Donald, un pseudo, n’est pas un SDF en quête d’une «petite pièce de monnaie ou d’un ticket restaurant». Cet élégant jeune homme à l’allure de dandy le précise d’ailleurs très vite : «Je viens du Congo-Brazzaville, un pays très riche, où dans les années 2012-2013 on produisait 296 000 barils de pétrole par jour. Un pays où il y a aussi de l’or, avec une très petite population de 4,5 millions d’habitants. Mais la population est pauvre car son argent est pris par certains dirigeants français. C’est ce qu’on appelle le système de la Françafrique», dénonce-t-il, avant de brandir le drapeau congolais. Mais aussi une grande photo où figure François Fillon aux côtés de l’inamovible président congolais, Denis Sassou-Nguesso. Lequel «tue, pille», accuse Donald, alors que «tous les opposants politiques sont aujourd’hui en prison», rappelle encore l’activiste congolais. Avant d’avertir les électeurs : «Dimanche, vous allez voter pour la vie ou la mort des enfants africains, vous allez voter pour plus ou moins d’immigrés», explique-t-il.

A lire aussi:Un an après sa rélection contestée, Sassou-Nguesso toujours maître du Congo 

 Binationaux

Son intervention, comme toutes celles qu’il improvise deux fois par semaine a été filmée. Et la vidéo, immédiatement postée sur YouTube. Sur certains réseaux sociaux, «Donald Imperator», son nom de scène complet, est une véritable star. Tout comme Anicet Mapa, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Venezuela : neuf morts en trois semaines de manifestations
La reine Elizabeth II fête ses 91 ans, toujours bon pied bon oeil
Dure Estrémadure
Fin de la plus vaste opération d’évacuation en Syrie
Les mules de Guyane, incarnation d’une jeunesse sans perspectives

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages