Diana topless en Espagne : pourquoi la famille royale est rattrapée par ce mauvais souvenir

·1 min de lecture

The Crown est prête à décontenancer davantage la Firme. Selon de récentes informations du magazine espagnol Vanitatis, la monarchie pourrait être rattrapée par les photos topless de Lady Diana. Des moments d'intimité sur la Costa del Sol immortalisés par les paparazzi espagnols en 1996. Un scandale qui n'a pas vu le jour mais qui intéresse les scénaristes de la série Netflix, dans le cadre d'un épisode de la cinquième saison du feuilleton. Au moment des faits, la presse britannique a rapporté "une humiliation et une violation des droits fondamentaux" de la défunte, révélant que les photographes ont été les auteurs d'une trentaine de clichés.

Parmi eux, huit de la maman des princes William et Harry bronzant seins nus à l'hôtel Byblos à Mijas, en compagnie de deux amis. L'ex-épouse du prince Charles profitait alors de son célibat, multipliant les sorties entre amis et les apparitions. Son voyage s'est rapidement transformé en cauchemar puisqu'aucun service de protection n'a été mis en place. La faute à l'ambassade britannique à Madrid. Comme l'a expliqué Jorge Ogalla, l'un des paparazzi à l'origine du tollé, les photographes ont appris sa venue en Espagne à la hâtive, alertés par une certaine Simoneta Gómez-Acebo. Cette dernière était à bord du même avion que la principale concernée. La traque de la photo parfaitement scandaleuse a été lancée dans la foulée. Prise au dépourvu, comme l'ont rappelé nos confrères, Lady Diana a même fui son hôtel.

Cible privilégiée des paparazzi, Lady (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - "Une réquisition" : Jean-Michel Cohen plaide pour une mobilisation sur la production des vaccins
Louise, la petite-fille de Gérard Depardieu, orpheline : "Elle m'épate", confie sa tante Julie
Mazarine Pingeot : comment sa fille lui met la honte
Jacques Villeret : qui est Seny, sa dernière compagne ?
« Ce n’est pas du tir au pigeon » : Christophe Girard sort du silence après son exclusion de la majorité à Paris