Diana Rigg : «Dans Chapeau melon et bottes de cuir, je gagnais moins que le cameraman !»

Stéphanie Guerrin, envoyée spéciale à Cannes (Alpes-Maritimes)

Nous avons rencontré Diana Rigg, l’actrice de « Chapeau melon et bottes de cuir » et de « Game of Thrones », qui a ravi les festivaliers de Canneséries en revenant en public sur sa longue carrière.


Une icône. Elle a le pas lent mais les yeux toujours aussi pétillants qu’il y a plus de cinquante ans, quand le grand public l’a découverte en Emma Peel dans « Chapeau melon et bottes de cuir ». Invitée d’honneur du festival Canneséries, Diana Rigg, 80 ans, a foulé la Croisette pour la première fois de sa vie et reçu le Variety Icon Award, qui récompense chaque année une icône du petit écran. Et s’est excusée de ne pas s’exprimer dans notre langue : « Mon français est aussi rouillé que moi. » Échange avec une grande dame pleine d’humour.

Le rôle d’Emma Peel détonnait vraiment dans le paysage audiovisuel des années 1960, non ?

DIANA RIGG. Tellement ! Quand j’ai commencé ma carrière, les rôles de femmes à la télévision étaient des femmes au foyer un peu pâlottes. Aujourd’hui, les choses ont bien changé et c’est tant mieux.

À l’époque, vous êtes devenue un vrai « sex symbol ». Comment l’avez-vous vécu ?

Mal. Je me sentais rabaissée, parce que j’étais bien plus que cette simple image de femme sexy. D’ailleurs, la combinaison en cuir que je portais était très inconfortable, et me faisait transpirer beaucoup, ce n’était vraiment pas sexy, en vrai (rires) !


-

Diana Rigg en Emma Peel dans « Chapeau melon et bottes de cuir »./Collection Christophel

Vous avez déclaré qu’être féministe pour vous, c’était uniquement défendre l’égalité des salaires. Pourquoi ?

Parce qu’être au même niveau économique qu’un homme est l’unique moyen de gagner son respect.

Étiez-vous payée autant que Patrick McNee dans « Chapeau melon et bottes de cuir » ?

Pas du tout. Au début, je gagnais moins que le cameraman ! Quand je m’en suis rendu compte, je m’en suis plainte. À l’époque, on m’a qualifiée de mercenaire. Aucune autre femme de la profession ne m’a soutenue. Personne ne m’a soutenu en fait, pas même (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

«Game of Thrones» : les épisodes à revoir avant le début de la saison 8
Netflix, OCS Go, Canal +, Amazon Prime Video… les nouveautés de février 2019
«Quicksand», «Miguel», «Unicorn Store»… les séries et films à regarder ce week-end
Ce qui vous attend à CanneSeries
«Game of Thrones» : pourquoi pirater la saison 8 sera très risqué