Diana et John John Kennedy : leur rencontre secrète entre séduction et méfiance

·1 min de lecture

Ils étaient tous les deux adulés. Lui, l'enfant chéri des Etats-Unis, elle surnommée affectueusement la princesse des coeurs. Ils bénéficiaient tous deux d'une aura sans égal. En 1995, on raconte que Lady Diana, fraîchement séparée du prince Charles, avait tapé dans l'oeil de John John Kennedy. Le fils de l'ancien président des Etat-Unis, qui venait de perdre sa mère, avait décidé de lancer un magazine baptisé George et souhaitait que la princesse de Galles fasse la couverture, comme le rapporte Vanity Fair.

Très timide, Lady Diana avait accepté d'étudier la proposition. Mais pour se décider, elle avait besoin de discuter du projet. L'idéal serait de se rencontrer pour en parler. Mais problème : chacun de leur déplacement, à l'un comme à l'autre, était accompagné d'une nuée de journalistes. Il allait falloir ruser pour organiser un rendez-vous. Il se fera à New York, à l'hôtel Carlyle, dans le plus grand secret.

RoseMarie Terenzio, l’assistante de direction de John John Kennedy avait souligné que son patron ne pensait pas qu'un tel rendez-vous puisse être possible. "Je me souviens qu’il a dit : "Il n’y a aucune chance pour que personne n’en parle. Il y aura des paparazzis partout." Les équipes de Lady Diana et de John John Kennedy se creusent alors les méninges pour tenter de trouver la parade, et déjouer l'attention des journalistes. Se déguiser ? L'option est vite abandonnée. Il est finalement décidé que les deux intéressés passeraient tout simplement par la porte d'entrée principale (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Christine Kelly dévoile un cliché attendrissant et nostalgique avec sa fille Lea
Le saviez-vous ? Kate Middleton a réconcilié William et Charles avec beaucoup de tact et de patience
VIDÉO - "Vous pensez que Poutine c'est un Hitler ?" : accrochage entre Gérard Depardieu et Claire Chazal
Roi de Thaïlande : entre ses filles et sa maîtresse, c’est la guerre froide
Ivanka Trump et Jared Kushner : bientôt un prix Nobel à la maison ?