Ces diamants artificiels sont plus rigides que les naturels

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Nouveau ! Écoutez l'article :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Futura · Des diamants artificiels plus rigides que les naturels

Pour les bijoutiers, le diamant est réputé pour sa beauté et sa pureté. Pour les physiciens, il l’est pour sa dureté. Pour sa rigidité aussi. Et pour la première fois aujourd’hui, des chercheurs de l’université de l’État de Washington (États-Unis) semblent avoir réussi à fabriquer des diamants hexagonaux plus rigides que les diamants cubiques que l’on trouve communément à l’état naturel.

Des diamants hexagonaux avaient déjà été découverts sur certains sites d’impact de météorites. D’autres avaient été fabriqués en laboratoire. Mais ils étaient trop petits pour que les physiciens puissent en valider les propriétés. Ils ont cette fois pu le faire grâce à des ondes sonores — car celles-ci progressent plus lentement dans un matériau plus rigide. Sur un diamant fabriqué à partir de petits disques de graphite propulsés à près de 25.000 km/h sur un matériau transparent. L’impact produit des ondes de choc qui se transforment en diamant. « Qui est nettement plus rigide et plus dur que le diamant naturel », assure Yogendra Gupta, directeur de l’Institut de physique, dans un communiqué de l’université de l’État de Washington.

En haut, la structure cubique d’un diamant naturel. En bas, la structure hexagonale d’un diamant artificiel — également qualifié de lonsdaléite. © Anton, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0 et Mstroeck, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0
En haut, la structure cubique d’un diamant naturel. En bas, la structure hexagonale d’un diamant artificiel — également qualifié de lonsdaléite. © Anton, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0 et Mstroeck, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Fabriquer des diamants artificiels utilisables par l’industrie

Même si les chercheurs n’ont pas pu mesurer la dureté du diamant qu’ils ont produite. En la matière, ils ne peuvent qu’extrapoler. Car les matériaux plus rigides — résistants à la déformation sous une force ou une pression — sont généralement aussi plus durs — résistants aux rayures et autres déformations de surface.

Les chercheurs espèrent désormais réussir à fabriquer de tels diamants hexagonaux sans qu’ils soient aussitôt détruits par le processus même qui leur donne...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura