Diagnostic. Les Pays-Bas en route vers les élections, mais dans quel état ?

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

À un mois des législatives néerlandaises, ce journal belge a sondé l’état du pays voisin, dirigé depuis dix ans par l’inoxydable et très populaire Mark Rutte. Dix ans de politique très libérale qui ont malgré tout affaibli les services publics et profondément aggravé les inégalités.

Mark Rutte, c’est “le genre de type qu’on aimerait bien avoir comme voisin”, dit l’auteur amstellodamois Geert Mak : un homme habile, qui sait se montrer conciliant. C’est aussi “l’homme le plus heureux des Pays-Bas”, affirme le journaliste Joost de Vries, dans le titre de l’ouvrage qu’il lui a consacré.

Mark Rutte, qui vient de fêter ses 54 ans, c’est surtout le Premier ministre des Pays-Bas depuis bientôt onze ans. Un politicien pragmatique et très libéral, qui revendique l’absence de “vision”, raconte Zeno dans un long article.

À lire aussi: Scandale. Pays-Bas : pourquoi le gouvernement a-t-il démissionné si près des élections ?

En réalité, le gouvernement de Mark Rutte est démissionnaire depuis le 15 janvier, et gère les affaires courantes en attendant le scrutin du 17 mars. La pandémie et le couvre-feu à 21 heures ont coupé court à la campagne électorale, ce qui est plutôt “une chance” pour Rutte, observe le journal belge. Il évitera ainsi “les débats avec des électeurs en colère au sujet des mesures sanitaires et du scandale des allocations familiales”, qui a précipité la chute de son exécutif.

L’électeur néerlandais fera donc principalement son choix sur la base de ce qu’il voit à l’écran : l’inévitable Rutte.”

À un mois des élections néerlandaises, Zeno, supplément hebdomadaire du quotidien

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :