"Le diable de Paris": Macron caricaturé en Une d'un quotidien iranien

Robin Verner
·2 min de lecture
Emmanuel Macron caricaturé en Une de Vatane Emrouz.  - Capture d'écran de la Une de Vatane Emrouz
Emmanuel Macron caricaturé en Une de Vatane Emrouz. - Capture d'écran de la Une de Vatane Emrouz

Non seulement la colère nourrie contre la France par de nombreuses sociétés musulmanes ne s'apaise pas, mais l'embrasement semble s'étendre. Ce mardi, un journal iranien a publié en Une une caricature d'Emmanuel Macron représenté sous des traits diaboliques.

Macron dépeint en diable

Mercredi dernier, lors de l'hommage national à Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne, Emmanuel Macron a soutenu la tradition de la caricature dans la presse française et donc le droit à caricaturer Mahomet. Des propos qui ont indigné dans les pays d'obédience musulmane, où manifestations hostiles à la France et appels au boycott se succèdent. Cette fureur se cristallise autour de la figure du président de la République.

Ce mardi, 40.000 personnes ont ainsi manifesté à Dacca au Bangladesh, brûlant notamment une effigie d'Emmanuel Macron. En Iran, le ressentiment s'est exprimé par voie de presse.

Le quotidien conservateur Vatane Emrouz (qu'on peut traduire par La Patrie aujourd'hui, selon le tweet ci-dessous), à la solde du pouvoir de Rohani et des ayatollahs, a en effet illustré sa Une par un dessin dépeignant Emmanuel Macron en démon. Le titre quant à lui proclame: "Le diable de Paris".

"Le monde de l'islam contre la France et Macron"

Le cas du Vatane Emrouz n'est pas tout à fait isolé, comme l'a remarqué sur Twitter le journaliste de Libération Pierre Alonso. Celui-ci a noté que le journal Keyhan appelait au renvoi de l'ambassadeur de France, et a recensé deux autres parutions iraniennes peu amènes à l'égard du président de la République.

"Le monde de l’islam contre la France et Macron", titre ainsi le quotidien Ebtekar, tandis que Khorasan choisit: "Macron face à la colère des musulmans". Tous deux exhibent le cliché de manifestants arborant une photo du président français, le visage barré par le symbole d'une empreinte de chaussure.

Article original publié sur BFMTV.com