On devrait pouvoir offrir ses congés aux soignants

Ces jours pourraient être donnés sous forme de chèques-vacances, utilisables aussi bien dans l'offre publique que privée.

C'est un beau geste du gouvernement mais une idée pas tout à fait nouvelle. Des députés LREM veulent en effet autoriser les salariés qui le souhaitent à faire don d'une partie de leurs congés payés aux soignants, un élu LR y voyant un "plagiat" de sa proposition et le gouvernement la jugeant "très intéressante". Dans cette lettre adressée à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et cosignée par 100 députés, l'élu du Calvados Christophe Blanchet propose "que l'on puisse permettre aux salariés qui le désirent et qui le peuvent, dans le public comme dans le privé, de faire don d'une partie de leur congés payés", au bénéfice "de ceux qui luttent directement contre le coronavirus".

Interrogée à l'Assemblée lors de la séance de questions au gouvernement, Muriel Pénicaud a jugé la proposition "très intéressante". Le gouvernement la "soutient pleinement" a-t-elle dit. "Il faut définir les modalités de conversion des jours de repos", a-t-elle ajouté. "Cela soulève tout une série de questions", a-t-elle encore dit, se montrant favorable à "le coupler avec les chèques vacances".

Frustration de certains Français

Christophe Blanchet a fait état de la "frustration" de certains Français qui au-delà des applaudissements de soutien à 20 heures, "ne peuvent ou ne savent comment aider davantage" les soignants, plaidant qu'il ne faut pas faire "obstacle à la fraternité", dans ce courrier daté du 22 avril. "Un tel dispositif ne représente pas une charge pour l'État ni pour les entreprises car les congés payés sont déjà provisionnés. A titre indicatif, il y a 23 millions de salariés en France, si chacun donne juste un jour de congé, cela fait 23 millions de jours, ou l'équivalent en valeur, dédiés aux personnels soignants", ajoute le courrier.

Ces jours pourraient être donnés "sous forme de chèques-vacances, utilisables aussi bien dans l'offre publique que privée", précise le député, qui évoque une

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :