"Nous devons rester fidèles à son esprit": Valérie Pécresse veut faire entrer Molière au Panthéon

·2 min de lecture
Valérie Pécresse lors d'un meeting à Saint-Julien-les-Villas, dans l'Aube, le 4 novembre 2021 - FRANCOIS NASCIMBENI © 2019 AFP
Valérie Pécresse lors d'un meeting à Saint-Julien-les-Villas, dans l'Aube, le 4 novembre 2021 - FRANCOIS NASCIMBENI © 2019 AFP

Après Joséphine Baker, Molière au Panthéon? C'est en tout cas le souhait de Valérie Pécresse, qu'elle détaille dans une tribune dans le Figaro publiée ce lundi. Pour le 400ème anniversaire de la mort de celui qu'elle considère comme "le plus grand génie du théâtre français", la candidate LR souhaite lui offrir une place au mausolée des grands hommes.

La présidente de la région Île-de-France regrette qu'il n'y ait, à l'occasion de cet anniversaire célébré cette année, "aucune mobilisation nationale", contrairement à ce qu'ont pu faire les Italiens pour les célébrations du 700ème anniversaire de Dante l'année dernière. Un exemple, pour elle, "symptomatique de ce qu’est devenue notre ambition culturelle". Et une occasion de fustiger la politique culturelle d'Emmanuel Macron.

Une "politique culturelle ambitieuse inspirée par l’esprit de Molière"

Pour cela, elle cite une note de la Cour des comptes qui étrille l'action du gouvernement en ce qui concerne la culture, la qualifiant de "saupoudrage des aides selon une politique de guichet (…), ce qui rend de moins en moins lisibles les priorités de l’action culturelle de l’État". Valérie Pécresse, elle, entend mener une "politique culturelle ambitieuse", "inspirée par l’esprit de Molière".

"Contrairement à Emmanuel Macron, je défends l’idée d’une culture française à vocation universelle", écrit-elle.

Pour la candidate LR, Molière est toujours d'actualité et constitue "notre héritage", notamment car il dénonce "les sectarismes (...), l’hypocrisie sociale, les inégalités, les oppressions subies par les femmes, les sectarismes religieux".

876450610001_6290264859001

Une "politique de démocratisation culturelle"

Parler de Molière pour parler de son programme pour la culture, c'est l'occasion saisie par Valérie Pécresse. Alors que le dramaturge "a fait du français une langue de combat, d’ironie et de finesse", la candidate entend "réaffirmer la place de la langue de Molière dans le monde et défendre la francophonie sur tous les continents". Si "Molière incarne le théâtre de tréteaux, celui qui chemine de village en village", Valérie Pécresse souhaite que "le spectacle vivant [sorte] de ses murs".

"C’est le génie français et nous devons rester fidèles à son esprit", exprime-t-elle.

Elle veut mener une "politique de démocratisation culturelle", en hommage à "l’empreinte indélébile que Jean-Baptiste Poquelin a laissée dans la culture universelle". Valérie Pécresse prévoit ainsi, si elle est élue, d'instaurer un "taux réduit de TVA à 5,5 % sur tous les biens culturels" ou encore de jumeler "chaque école, collège ou lycée avec des institutions culturelles, des conservatoires et des artistes".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles