"Nous devons rester dans cette bulle" : à la rencontre des croisiéristes de l'ère Covid

·1 min de lecture

C'est aujourd'hui la fin de la gratuité des dépistages pour les touristes étrangers venus de l'Union européenne. Ils doivent désormais débourser 49 euros pour un test PCR et 29 euros pour un test antigénique. C'est dans ce contexte que les croisières ont repris depuis dimanche dernier en France. À bord des navires, les règles sanitaires sont très strictes. Mais il reste à gérer les excursions à terre lors des escales, comme c'est également le cas en Sicile où s'est rendu Europe 1. Ici, impossible de partir à l'aventure seul en ville.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

"Je suis votre maman pour aujourd'hui"

Dès l'installation dans l'autocar, les consignes sont rappelées : "Il faudra rester à côté de moi, pas trop près, pas trop loin", explique aux croisiéristes, Tita Gilberto, la guide. "Je ne peux pas vous laisser seuls. Voilà, vous êtes donc ma famille, je suis votre maman pour aujourd'hui."

Le parcours de l'escale est balisé, y compris les pauses dans les cafés. "C'est le seul dans lequel nous avons le droit de faire l'arrêt, parce que c'est contrôlé", précise Tita Gilberto. Impossible, donc, d'aller de son propre chef dans le café d'en-face. "Je ne peux pas te laisser y aller", poursuit la guide. "Nous devons seulement rester dans cette bulle."

"C'est bien vécu"

Si certains s'aventuraient à briser cette bulle, ils ne seraient pas autorisés à remonter à bord du navire. C'est strict, mais cela ne dérange pas Karine dans sa découverte du panorama de l'E...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles