Que devient l'ancien rugbyman Jean-Pierre Rives ?

·1 min de lecture

Jean-Pierre Rives, c’est d’abord une crinière blonde. Un Casque d’or, cher à feu Roger Couderc, connu des amateurs d’ovalie. C’est aussi un physique, une vitalité sur le terrain qui en a fait l’un des meilleurs troisièmes lignes ailes de l’histoire du XV de France. C’est aussi un capitaine hors pair salué par tous. Ce gaillard de 1,80m presque parfait est né le 31 décembre 1952 à Toulouse dans une famille dingue de… tennis !

Son père Jo, pilote, était en effet amateur de la petite balle jaune. Tout comme sa femme Lydia. Tous deux incitèrent Jean-Pierre a davantage jouer au tennis. Mais le rugby a eu raison de lui ! À 15 ans il entre au TOEC (Toulouse Olympique Employés Club) et y reste cinq ans. Avant d’intégrer le Stade Beaumontois en 1972 et d’être repéré par le Stade Toulousain deux ans plus tard, en 1974.

On n’a pas oublié que… Jean-Pierre Rives a été un formidable meneur d’hommes. Mais avant d’officier au poste de capitaine (il a endossé ce rôle 34 fois sur 59 sélections dans le XV de France), ce blondinet a d’abord pensé à devenir médecin… En 1974, il intègre donc le Stade Toulousain. On doute sur ses performances au poste de troisième ligne aile, son physique n’aidant pas.

Combattant dans l’âme, il gagne ses galons et est vite appelé en équipe de France un an plus tard face à l’Angleterre. Dans le XV de France, il retrouve d’ailleurs son pote Jean-Claude Skrela, son alter ego au Stade Toulousain. Des deux, c’est toujours Jean-Pierre Rives que l’on remarque sur le terrain (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs