"Vous devez faire plus": Joe Biden interrompu par le père d'une victime de fusillade

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

ÉTATS-UNIS - “Cela fait des années que nous subissons ça. Vous devez faire plus!”. Manuel Oliver, le père d’une victime de la fusillade de Parkland, en Floride, en 2018, a interrompu le président Joe Biden lundi 11 juillet, lors d’un discours à la Maison Blanche, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

Cet événement, auquel le père de famille était invité, a été organisé pour célébrer l’adoption de la loi Bipartisan Safer Communities Act, marquant l’adoption de la première législation majeure sur les armes à feu depuis plus de dix ans. Mais pour Manuel, qui a perdu son fils de 17 ans, cela ne suffit pas. “Il faut ouvrir un bureau à la Maison Blanche. Nommez un directeur”, a-t-il crié au président.

Ce dernier a répondu aux demandes d’Oliver en affirmant qu’il existe déjà un bureau fédéral dédié à la violence armée. Mais Joe Biden a reconnu qu’il fallait faire davantage pour prévenir les fusillades de masse et a demandé à ce qu’on laisse parler Manuel Oliver, avant qu’il ne soit escorté par la sécurité de la Maison Blanche.

“Un paquet de lois qui ne résout pas le problème”

Cette nouvelle législation, vantée par le président américain, renforce notamment la vérification des antécédents judiciaires et psychologiques pour les acheteurs d’armes âgés de 18 à 21 ans, instaure un meilleur contrôle de la vente illégale d’armes, et ouvre un financement de programmes dédiés à la santé mentale. “Cette législation est un vrai progrès qui va sauver des vies”, a affirmé Joe Biden, lors de son discours à la Maison Blanche.

“Qu’est-ce que j’étais censé faire aujourd’hui? Écouter un paquet de lois qui ne résout pas l’ensemble du problème qui tue des personnes tous les jours aux États-Unis?, s’est ensuite interrogé Manuel Olivier, face aux journalistes. Je dois applaudir et être heureux? Sans moi.”

L’homme dénonce le fait que le président Biden célèbre ces nouvelles mesures. “En utilisant les mots ‘célébration’ et ‘se réunir’, c’est comme si nous allions à une fête, à un mariage. Et pendant ce temps, il y a des mères à Uvalde qui viennent juste de voir comment leurs enfants ont été massacrés dans une école”, a-t-il déclaré dans une interview à CNN.

À voir également sur Le HuffPost: Devant la NRA, Donald Trump appelle à armer enseignants et citoyens après la tuerie au Texas

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles