Devenu témoin pour le FBI, l’ex-mafieux continuait à jouer double jeu

·2 min de lecture

John Rubeo, un ancien mafieux, pourrait se retrouver derrière les barreaux après avoir affirmé dans un podcast le mois dernier avoir continué ses activités illégales alors qu’il était devenu témoin auprès de la police.

John Rubeo aurait peut-être dû se taire. Officiellement, cet ancien mafieux américain avait décidé de se repentir en devenant témoin auprès de la police. Comme beaucoup avant lui, son rôle était de transmettre des informations aux autorités afin de mettre fin aux activités criminelles des familles de la mafia. Mais dans un podcast enregistré le mois dernier, l’homme a révélé avoir délibérément utilisé ce statut pour protéger certaines personnes et continuer ses actes illégaux. L’homme avait dans le passé été associé auprès des Genovese (l'une des Cinq Familles à New York, qui regroupent les Bonanno, Colombo, Genovese, Gambino et Lucchese). Dans un podcast enregistré par John Alite et Gene Borrello, deux ex-mafieux des Gambino et Bonanno, il a raconté s’être servi de son rôle de témoin pour tromper la police et éloigner une enquête ouverte contre Joseph «Skinny Joey» Merlino, boss de la famille du crime de Philadelphie, rapporte le «New York Daily News».

Ayant été informée de ces propos en lisant la presse, la justice a décidé de réagir vite. Lors d’une audience réalisée plus tôt ce mois-ci, Richard Sullivan, le juge de la Cour fédérale de Manhattan, a expliqué qu’il considérait l’apparition du témoin au «Johnny And Gene Show» comme une violation de ses restrictions post-prison qui lui interdisent normalement de fréquenter des criminels condamnés. «Je ne vais pas me faire avoir et manipuler comme l’a été le FBI», a lancé le juge. «Dans le podcast, il le dit : "Je vais probablement avoir des problèmes pour ça"», a-t-il ajouté. «Il a fait ça parce que Rubeo aime avoir l’attention sur lui. Et c’est très bien. Mais il va y avoir un prix à payer pour ça», a encore déclaré le juge. «Il s’agit d’une conversation sur le(...)


Lire la suite sur Paris Match