Devenir propriétaire d’un château pour 50 euros, c’est possible !

Grégory Plouviez
Le château de l’Ebaupinay est situé à Argentonnay, dans les Deux-Sèvres

La start-up Dartagnans et l’association Adopte un château ont annoncé ce mercredi avoir racheté le château fort de l’Ebaupinay dans les Deux-Sèvres grâce aux dons des internautes.

Pour 100 balles, t’as plus rien. Mais pour 50… t’as un château. Ou presque. Ce mercredi, la start-up Dartagnans a annoncé avoir racheté le château fort de l’Ebaupinay (Deux-Sèvres). Signe particulier de l’opération : elle est portée par plus de 5 500 internautes qui ont chacun réalisé un don minimum de 50 € pour sauver ce vestige « unique de l’architecture médiévale militaire du XIVe siècle ». La collecte (déjà plus de 575 000 €) se poursuit jusqu’au 25 décembre. Pour Noël, la start-up a même imaginé une box à 60 €, baptisée « Ma part du château », à glisser sous le sapin.

A l’issue du processus, chaque contributeur deviendra « co-châtelain », bénéficiera d’une entrée gratuite à vie et sera consulté sur toutes les décisions importantes pour la renaissance de ce monument historique. Il pourra ainsi briller en société en glissant dans la conversation qu’il possède un château où, dit-on, Louis XI en personne aurait passé une nuit. Techniquement, le château sera racheté sous forme de SAS (Société par Actions Simplifiée) dont chaque donateur deviendra, s’il le souhaite, actionnaire (50 € la part).

Reconstruire le château fort avec les techniques médiévales

Un an après avoir racheté le château de La Mothe-Chadeniers (Vienne), c’est la deuxième opération menée par Dartagnans et l’association Adopte un château. Le premier monument, alors à l’abandon, a déjà repris des couleurs avec une ouverture au public l’été dernier (5 000 visiteurs en juillet et août) et plein de projets (festivals de musique, tournages, mariages…).

Amoureux d’histoire et de vieilles pierres, doté d’un sens du marketing aiguisé comme une épée de chevalier, Dartagnans détone dans le petit monde du patrimoine. « Notre concept d’achat collectif c’est : sauver un monument en péril, développer une activité économique et créer (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Cette vidéo peut également vous intéresser :