Devenir James Bond a eu des conséquences sur la santé mentale de Daniel Craig

·3 min de lecture
 Daniel Craig assiste au Gala du National Board Review 2020 le 8 Janvier 2020 à New York. (Photo de Mike Coppola/ FilmMagic)  (Photo: Mike Coppola via Getty Images)
Daniel Craig assiste au Gala du National Board Review 2020 le 8 Janvier 2020 à New York. (Photo de Mike Coppola/ FilmMagic) (Photo: Mike Coppola via Getty Images)

PEOPLE - A l’aube de la sortie de No Time To Die le 30 septembre, Daniel Craig s’est confié sur sa santé mentale à ses débuts dans le rôle de l’agent secret 007. “J’étais physiquement et mentalement six pieds sous terre”.

Dans le documentaire d’Apple TV+, Being James Bond, Daniel Craig admet qu’il avait du mal à apprécier sa nouvelle célébrité. L’acteur de 53 ans est apparu pour la première fois dans le rôle de l’espion en 2005 dans Casino Royale.

Il raconte comment la franchise de James Bond lui a conféré une notoriété à laquelle il ne s’attendait pas: ”Ma vie personnelle a été affectée par le fait d’être si célèbre soudainement”. Il explique que Hugh Jackman l’a alors aidé à accepter et même apprécier cette nouvelle vie.

16 ans d’un rôle difficile

Il explique qu’au départ, il allait refuser Casino Royale. “Pierce (Brosnan, NDLR) avait fait Remington Steele, Roger Moore, Le Saint. Ils avaient interprété ces rôles dans lesquels les gens se disaient ‘C’est James Bond’. J’avais tourné dans des films d’auteurs un peu bizarres. C’était plus difficile à vendre. Je ne voulais pas vraiment le faire (Casino Royale, NDLR) parce que je pensais que je n’aurais pas su quoi en faire. Je pensais prendre le scénario, le lire et dire ‘Non merci’.”

Barbara Broccoli, la productrice de James Bond en 2005, elle, était déterminée à faire de Daniel Craig l’homme de la partie. Elle l’a appelée personnellement pour lui annoncer qu’il avait le rôle. L’acteur se rappelle avoir attrapé le nécessaire pour faire le cocktail préféré de James Bond, la “vodka martini”: une bouteille de vodka, une de vermouth et un shaker de cocktail. Résultat: trois jours de gueule de bois.

Daniel Craig raconte s’être cassé la jambe lors du tournage de Spectre en 2015. Il avait insisté pour continuer le tournage. Il a ainsi porté une jambe bionique. Cette expérience l’a démoralisé, tant et si bien qu’il pensait préférer “se tailler les veines plutôt que de jouer Bond à nouveau”.

“Trop vieux psychologiquement”

En 2020, il a été convaincu de revenir une dernière fois dans No Time to Die ce qui fera de lui l’acteur resté le plus longtemps dans la peau de 007.

Néanmoins, il a été durablement marqué par Spectre, “J’avais besoin d’une pause [...], de m’éteindre. A la fin de ce film, je me sentais vraiment trop vieux psychologiquement”.

A la fin du tournage de No Time To Die, Daniel Craig a fait un discours aux autres acteurs et à l’équipe disant qu’il était fier de son travail dans la franchise. “Je repense aux films et je suis incroyablement fier de chacun d’entre eux. Quitter ce rôle n’est pas facile. Je peux être autant effronté et blasé à ce sujet que je le souhaite mais je dois reconnaître qu’il est dur de s’en éloigner. Et il ne s’agit ni d’argent ni de gloire”.

A voir également sur Le HuffPost: Tous les films à ne pas manquer pour la réouverture des cinémas

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles