Devant le Louvre, Greenpeace dénonce un partenariat entre Total et le musée

·2 min de lecture

Un puits de pétrole factice a été installé à côté de la pyramide du Louvre par des militants de Greenpeace.

CULTURE - Un puits de pétrole factice à côté de la pyramide du Louvre: des militants de Greenpeace ont dénoncé au cours de la matinée du mercredi 6 octobre un partenariat entre le musée et le groupe français TotalEnergies, voyant dans ce mécénat “un écran de fumée dressé par les entreprises fossiles”.

Ces militants, vêtus de combinaisons portées sur les plateformes pétrolières, ont dressé un puits de pétrole factice de plusieurs mètres de haut dans une fontaine de l’esplanade du Louvre et installé une banderole avec le slogan “Climat: Total criminel, le Louvre complice”, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

“Les partenariats avec les entreprises responsables du changement climatique, comme Total, ne sont plus acceptables. Les publicités teintées de vert, le sponsoring sportif et le mécénat culturel sont un écran de fumée dressé par les entreprises fossiles”, dénonce Edina Ifticène, chargée de campagne pétrole à Greenpeace France, citée dans un communiqué.

La fondation Total est le principal mécène de la petite galerie du Louvre, un espace dédié ”à l’éducation artistique et culturelle au cœur du palais”, critique encore Greenpeace en se basant sur le site internet du musée.

“Derrière cette philanthropie se cache une stratégie de ‘soft power’ bien ficelée, permettant à TotalEnergies d’asseoir son pouvoir et ses positions stratégiques”, estime l’ONG, qui pointe aussi du doigt des partenariats avec “le musée du quai Branly, l’Institut du Monde Arabe, le Centre Pompidou…”

L’ONG a lancé le 4 octobre une initiative citoyenne européenne pour interdire “des publicités, partenariats et mécénats pour toutes les entreprises vendant des biens et services fossiles”, qui pourrait déboucher si elle recueille un million de signatures à travers l’Union européenne. 

Pour Greenpeace, interdire les publicités de ces entreprises permettrait de limiter le “greenwashing”, une pratique qui consiste à redorer le blason d’une société en lui donnant l’apparence, plus verte sans toutefois mettre en place les dispositifs nécessaires. 

À voir également sur Le HuffPost: Greenpeace devant Bercy pour tenter de sauver une usine de journal 100% recyclé

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Des militants pour le climat s'invitent au défilé Louis Vuitton à Paris :

undefined

undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles