Devant l'Assemblée, Olivier Véran défend mordicus la stratégie vaccinale du gouvernement

·2 min de lecture

Auditionné ce mardi par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, le ministre français de la Santé Olivier Véran a une nouvelle fois ardemment défendu la stratégie vaccinale du gouvernement.

Dans la campagne de vaccination contre le Covid-19, la France est à la traîne par rapport à ses voisins européens. Mais pour Olivier Véran, l'heure n'est pas encore au mea culpa. « Nous ne naviguons pas à vue, soutient le ministre de la Santé. Notre stratégie n'a pas changé, les priorités non plus. » Le calendrier en revanche a été accéléré, indique Olivier Véran. Objectif : 1 million de Français vaccinés à la fin du mois de janvier. Il va pour cela falloir fonctionner en flux tendus.

Les personnes âgées vivant en maison de retraite restent les premières cibles prioritaires. Mais à celles-ci se sont ajoutés plus tôt que prévu les professionnels de santé de plus de 50 ans ou fragiles. Ces soignants représentent à ce jour plus des deux tiers des personnes vaccinées.

Critiqué de toutes parts depuis plusieurs semaines, le ministre de la Santé a aussi défendu devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale le choix de faire appel au secteur privé pour faciliter la prise de rendez-vous.

Pas de pénurie de matériel, selon Véran

Il a aussi rassuré sur le matériel à disposition du personnel soignant. « Nous avons en stock 3,3 millions d'aiguilles, nous allons en recevoir 2 millions supplémentaires dans les prochains jours. Nous avons en stock 4,6 millions de seringues, nous allons également en recevoir dans les prochains jours, détaille Olivier Véran. Cette semaine, sont destockées à destination des territoires 850 000 aiguilles, 600 000 seringues, qui s'ajoutent à tout le matériel dont disposent, par nature, les hôpitaux. »

Olivier Véran a aussi rappelé que la France allait recevoir 500 000 doses par semaine du vaccin Pfizer. Si on les ajoute aux doses provenant de Moderna, elles devraient – si l'on en croit le ministre – permettre au pays d'accélérer enfin le rythme des vaccinations.

Lundi prochain, les plus de 75 ans pourront commencer à recevoir l’injection, dans des centres, sur rendez-vous, ou si c’est impossible à domicile. Les 1ères livraisons du vaccin Moderna vont avoir lieu cette semaine dans les zones où la circulation du virus est la plus intense, a précisé le ministère de la santé.

Mais il n’y aura pour l’instant que 50 000 doses du Moderna. La campagne de vaccination continue de reposer sur les vaccins de Pfizer BioNTech. Ils sont depuis le début équitablement répartis dans les régions, quelle que soit la situation épidémique, ce qui fait grincer certains élus locaux.