Devant l'Assemblée, Le Drian lance un "message de paix au monde musulman"

·2 min de lecture

Le ministre français des Affaires étrangères a lancé jeudi un "message de paix au monde musulman", en soulignant que la France était le "pays de la tolérance", pas du "mépris ou du rejet".

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a lancé jeudi un "message de paix au monde musulman", en soulignant que la France était le "pays de la tolérance", pas du "mépris ou du rejet". "N'écoutez pas les voix qui cherchent à attiser la défiance. Ne nous laissons pas enfermer dans les outrances d'une minorité de manipulateurs", a-t-il déclaré lors de l'examen du budget de son ministère à l'Assemblée nationale.

"N'écoutez pas les voix qui cherchent à attiser la défiance. (...) Ne nous laissons pas enfermer dans les outrances d'une minorité de manipulateurs", a-t-il déclaré lors de l'examen du budget de son ministère à l'Assemblée nationale. La France fait face à un climat de colère dans le monde musulman depuis le soutien du président Emmanuel Macron à la publication de caricatures du prophète Mahomet après un attentat islamiste qui a coûté la vie à un enseignant qui les avait montrées à ses élèves.

Dans ce contexte, une attaque au couteau a fait trois morts jeudi dans une basilique en plein coeur de Nice, et un vigile du consulat de France à Jeddah (Arabie saoudite) a été blessé à l'arme blanche.

"La religion et la culture musulmanes font partie de notre histoire française et européenne, nous la respectons", a poursuivi le chef de la diplomatie française, ajoutant que "les musulmans appartiennent de plein droit à notre communauté nationale", qui leur garantit la liberté de culte.

"La France n'oublie jamais"

"Nous ne saurions accepter ces campagnes de désinformation et de manipulation parce qu'elles visent à dénaturer et à travestir ces réalités", a-t-il ajouté en allusion aux accusations selon lesquelles les musulmans seraient discriminés en France.

"Les propos et les actes ont des conséquences,(...)


Lire la suite sur Paris Match