"Je devais le faire": Omar Sy fier de sa lettre contre les violences policières

·2 min de lecture
Omar Sy en 2020 - Frederic J. Brown - AFP
Omar Sy en 2020 - Frederic J. Brown - AFP

Il y a un an, Omar Sy publiait dans les colonnes de L'Obs une lettre ouverte pour dénoncer les violences policières. Un texte écrit une semaine après la mort de George Floyd aux Etats-Unis, et dans lequel la star appelait chaque Français à se mobiliser et à participer à une refonte du système. Un an plus tard, il commente son geste dans The Guardian, et se dit fier:

"La plupart des gens qui ont lu la lettre l'ont comprise", explique le comédien dans cet article, publié ce dimanche. Certains, non. Il y a des gens qui ont dit qu'ils ne verront plus mes films en France. Je savais en écrivant cette lettre qu'elle affecterait mon travail. Mais je devais le faire. Je devais le faire. Etant donné mon statut en France, je devais lancer un message aux jeunes hommes qui me ressemblent."

"J’appelle au changement, à la remise en cause d’un système qui ne peut prétendre à la justice sans mettre fin à l’impunité organisée qui sévit depuis des décennies", avait-il écrit en dressant un parallèle entre la mort de George Floyd et celle, en France, d'Adama Traoré, mort après une interpellation par les gendarmes.

"Trouver un moyen de combattre le racisme"

"La mort d’Adama Traoré est aussi injuste et indigne que celle de George Floyd", avait-il ajouté: "À lui, comme à George Floyd, la justice a inventé 'une cardiopathie', des cœurs défaillants. Mais je n’ai qu’une seule question, et c’est la seule qui compte: ces hommes seraient-ils morts s’ils n’avaient croisé la route des forces de l’ordre?" Son texte avait suscité de grands remous en France. L'acteur-réalisateur Olivier Marchal lui avait notamment répondu, et avait dénoncé sur BFMTV une "chasse aux flics".

Invité ce mardi 1er juin sur France Inter, l'acteur a réitéré ses propos. "Je ne regrette pas la lettre, je regrette les réactions qu'elle a provoqué", a-t-il dit avant d'ajouter: "Quand je dis qu'il y a des policiers qui sont racistes, je ne dis pas que toute la police est raciste, ni que je suis contre la police".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Père de cinq enfants, Omar Sy, qui sera prochainement de retour dans la peau de Lupin sur Netflix, explique dans le Guardian comment il aborde avec eux la question du racisme: "Je leur dis, 'il faut y faire face, essayer de trouver un moyen de le combattre, et le plus tôt possible. Parce qu'on devient encore plus raciste en vieillissant'."

Article original publié sur BFMTV.com