"Cette deuxième vague risque de durer plus longtemps que la première", prévient une épidémiologiste