"La deuxième vague, on la redoute encore, on s'y prépare" : avant le déconfinement, une médecin-urgentiste raconte le combat contre le coronavirus

Gaële Joly

Depuis le début de la crise sanitaire, elle partage son temps entre le Samu et les urgences de l'hôpital. Médecin-urgentiste en région parisienne, Valentine Malet est sur le pied de guerre depuis deux mois pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Comme tous les soignants en première ligne dans cette crise, elle a affronté la vague de contaminations, la mort de nombreux patients, le difficile deuil des familles, la fatigue, mais a aussi été touchée par la solidarité qui s'est exprimée lors de cette crise. Alors que le déconfinement commencera progressivement en France le 11 mai prochain, elle témoigne sur franceinfo sur ce qu'elle constate, aujourd'hui, de la situation sur le terrain et de ce qu'elle anticipe de l'après-confinement.

franceinfo : Quelle est la situation en ce moment aux urgences de l’hôpital et au Samu, en région parisienne ?

Valentine Malet : Il faut noter qu’on a beaucoup moins de patients atteints du coronavirus ou suspectés de l’être depuis plusieurs jours, à la fois au téléphone en régulation, mais aussi en intervention Smur. Ces derniers jours, aucun patient pris en charge avec mes équipes n'était suspect. Ça fait du bien au moral, après un mois et demi de Covid exclusif. Ce ressenti, nous l'avons aussi aux urgences. Ce que l’on constate également ce sont les conséquences du confinement. Aux urgences, on a pas mal de patients (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi