Deuxième vague de Covid-19 à Madagascar: le président s'exprime à la télévision nationale

·2 min de lecture

Le président Rajoelina s'est exprimé à la télévision et à la radio nationale samedi 20 mars. Le pays, qui fait face ces dernières semaines à une deuxième vague de contamination, enregistre au total 22 275 cas de coronavirus dont 345 décès. Une deuxième vague amplifiée par la présence du variant sud-africain, a fait savoir le chef de l'Etat. Pendant son intervention, le chef de l'Etat a notamment tenté de répondre aux critiques et aux interrogations concernant l'absence d'accès à la vaccination contre le coronavirus dans le pays.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

« Personnellement, je n'ai pas encore été vacciné et je n'ai pas l'intention de le faire. Ceci me protège, ma famille et moi », a déclaré Andry Rajoelina, présentant à la caméra une boîte de CVO +, la gélule malgache produite à partir du principe actif de plantes traditionnelles. « L'État n'est pas contre le vaccin » mais il reste « en phase d'observation », a précisé le président, très attendu par les Malgaches sur ce point.

Pour justifier cette réserve, ce dernier met aussi en avant l'insuffisance ou l'absence de réfrigération dans certaines zones du pays pour conserver les vaccins. « Il arrive que le pétrole destiné au réfrigérateur soit volé ou disparaisse », explique-t-il. Ce dernier a souligné qu'il consultera l'Académie de médecine concernant le vaccin qui pourrait convenir à Madagascar.

Pour l'heure, le chef de l'État préfère miser sur le CVO, la décoction malgache à base d'artemisia, censée prévenir et guérir du Covid-19. Elle sera distribuée à la population dans les quatre régions les plus touchées par le coronavirus : Analamanga où se situe la capitale, Atsinanana, Boeny et Diana. A partir de lundi, tout le personnel de santé, les militaires et les malades du coronavirus recevront la version en gélule, le CVO+.

Pour lutter contre cette deuxième vague, Andry Rajoelina a écarté le confinement mais a demandé le respect des gestes barrières, le port du masque et a interdit les réunions de plus de 200 personnes. Les rencontres sportives doivent se tenir à huis clos et en plein air et les funérailles sont limitées à dix personnes si le décès est dû au Covid-19. Dans le nord-ouest du pays, les frontières de l'île de Nosy Be et de la ville de Majunga, qui connaissent une forte augmentation des cas, sont fermées pendant 15 jours