Deux Sud-Coréens accusés d’espionnage pour le compte de Pyongyang arrêtés

Un homme d’affaires et un capitaine de l’armée qui auraient volé des secrets militaires en échange de cryptomonnaies ont été interpelés par les autorités de Corée du Sud jeudi 28 avril. Une arrestation qui intervient dans un contexte tendu sur la péninsule, alors que lundi Kim Jong-un avait agité la menace nucléaire à l’occasion d’une grande parade militaire.

Avec notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

Un homme d’affaires sud-coréen de 38 ans qui donne à un capitaine de l’armée une montre équipée d’une caméra cachée pour qu’il livre des secrets militaires à la Corée du Nord. La scène n’est pas tirée d’un James Bond qui se déroulerait au beau milieu de la Guerre froide mais d’un communiqué de la police sud-coréenne de jeudi.

Les deux hommes sont parvenus à transmettre à un espion nord-coréen les identifiants de connexion à un système de communication interne de l’armée. Un travail pour lequel le militaire aura reçu près de 37 000 dollars en cryptomonnaies. Une somme dérisoire comparée au 600 000 dollars perçus par l’homme d’affaires, en cryptomonnaies également. Ce dernier aurait essayé de pirater des secrets militaires de plus grande ampleur à l’aide d’une clé USB.

La Corée du Nord, très appauvrie par les sanctions internationales et isolée depuis le début de la pandémie, a recourt aux monnaies virtuelles pour remplir les caisses du régime. En mars dernier, des hackers liés à Pyongyang seraient parvenus à dérober plus de 620 millions de dollars de cryptomonnaies via un jeu en ligne. De quoi financer de nombreuses autres opérations d’espionnages.

À lire aussi : Les cryptomonnaies en dix questions clés

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles